Results: 231

Titre de circulation Allemand/Certificat de conformité Maserati
Moins de 6 000 km
Une 3200 remarquablement préservée
Une auto neuve, entretenue et prête à rouler
La 3200 GT, première auto conçue depuis la reprise de Maserati par le groupe Fiat, annonce le renouveau de la marque. Sa carrosserie est dessinée par ItalDesign, le bureau de style du grand Guigiaro, qui y incorporera un élément de style incontournable, les feux «boomerang». Le modèle présenté à la vente est une Maserati 3200
GTA en boîte automatique dans un superbe état de conservation, livrée neuve en Allemagne et mise en circulation en Juillet 2001. Attrait majeur, il s'agit d'un exemplaire avec seulement 5 600 kilomètres d'origine certifiés. Cette auto est dans une très élégante livrée «Grigio Alfieri» avec intérieur en cuir biscuits à passepoils marron clair et moquettes beiges. Le tout est en parfait état et les plastiques de protection recouvrent encore les moquettes. L'équipement de cette Maserati ravira les amateurs les plus exigeants, l'auto étant accompagnée de son autoradio
Becker d'origine avec code, de son double de clés, de sa roue de secours avec les outils et le compresseur tous jamais manipulés, ainsi que de sa pochette de manuels avec notice d'utilisation, garantie, mode d'emploi, et carnet d'entretien.
La voiture a de plus été complètement révisée en Octobre 2015 à la concession Maserati Gauduel de Lyon. Cette auto, prête à prendre la route et dans un superbe état d'origine, est sans doute possible le plus bel exemplaire sur le marché

Maserati 3200 GTA Maserati 3200 GTA Maserati 3200 GTA

22-04-2017 Est. 45000 - 65000 Aguttes

Carte grise française
Ligne élégante
Sors de révision
Rapport prix plaisir exceptionnel
Lors du Salon de Francfort 1955, les attentes sont grandes chez MG et les hauts dirigeants du constructeur britannique s'affairent autour de la nouvelle MGA. En effet, depuis quelque temps, le constructeur fait face à une concurrence féroce sur le marché des petites voitures de sport. Il faut donc séduire une clientèle jeune et argentée tout en prolongeant la lignée des MG TC, TF et TD. Fort heureusement, elle y répondra avec brio, avec notamment un dessin d'une grande finesse signé Sydney
Enever. Esthétiquement et mécaniquement, tout contribue à l'atmosphère sportive que l'on attend d'une telle automobile.
Cette MG A a été restaurée il y a quelques années et fait le bonheur de son propriétaire depuis 2013.
Très récemment de nombreux frais chez un spécialiste de la marque en région parisienne ont été faits afin de garantir son bon fonctionnement.
Les freins, l'embrayage et la ligne d'échappement sont neufs. Le circuit électrique a été contrôlé et la dynamo, l'allumage et les pneus ont été changés.
Très plaisante à conduire, son comportement est sans défaut et les pouces se lèvent toujours autant sur son passage! De plus, sa sellerie tendue de cuir sur des coussins de siège neufs est du plus bel effet.
Objet de désir, ce joli roadster est prêt à vous emmener sans problème en promenade ou au coeur d'épreuves historiques plus prestigieuses.

MG A 1600 ROADSTER MG A 1600 ROADSTER MG A 1600 ROADSTER

22-04-2017 Est. 25000 - 35000 Aguttes

TYPE E SÉRIE 1 3.8 «PLANCHER PLAT»
Chassis: 875 610
Moteur: R1855-9
Carte grise française
Rare «plancher plat», la 609ème produite
Belle patine
Estimation attractive
Françoise Sagan, Johnny
Halliday, Bernard
Consten, Charles Trenet, Pierre Bardinon, Robert Hirsch, sans parler des têtes couronnées... tous accoururent chez l'importateur
Royal-Elysées dès avril 1961 pour passer commande du nouveau bolide de Coventry! Il faut dire que lorsque Jaguar dévoile sa Type E au salon de Genève en mars 1961, c'est la surprise totale.
Surprise, car personne n'avait eu d'informations préalable mais surtout parce que les lignes de la Type E sont somptueuses! Mais non contente de posséder une ligne à couper le souffle (signée William Lyons), la Jaguar Type E pouvait également se targuer de posséder un châssis sportif tout en restant confortable.
Le roadster 3,8 litres Série 1 «Plancher plats» que nous présentons à la vente a le charme inimitable des restaurations anciennes.
Accompagnée d'un dossier de factures remontant jusqu'en 1992, date où la voiture résidait à Monaco, on constate que cette
Type E a été entretenue avec soin par ses propriétaires successifs.
Achetée en 2007 par son propriétaire actuel, la voiture avait quelques années auparavant reçu un voile de peinture et plusieurs travaux importants portant sur la mécanique et le châssis. Echange standard du pont arrière, remplacement des roulements, changements des disques de freins et des étriers, du récepteur d'embrayage, du démarreur ou encore de la capote plus récemment.
Séduisante dans sa teinte Old
English White avec son bel intérieur d'origine en cuir rouge, 875610 est tout simplement la 609ème Jaguar Type E produite!
Ses sièges aux dossiers enveloppants, ses planchers plats, sa planche de bord recouverte d'aluminium, son capot avant aux ouïes rapportées... tout l'ensemble fait de cette voiture, une Jaguar Type E exceptionnelle!

JAGUAR E TYPE SERIES 1 JAGUAR E TYPE SERIES 1 JAGUAR E TYPE SERIES 1

22-04-2017 Est. 120000 - 180000 Aguttes

Carte grise française
Belle présentation
Très efficace pour tous rallyes
Placement-plaisir exceptionnel
En 1982, alors que la Lancia Stratos s'éclipsait, la Lancia 037 faisait ses premiers tours de roue. Le groupe Fiat-Lancia avait besoin d'une nouvelle voiture de rallye afin de prendre la suite des glorieuses Flavia, Fulvia H.F., Stratos et 131 Abarth. La nouvelle voiture s'appela Lancia- Abarth Rallye, projet 037 et fut élaborée à partir de 1980 par une petite équipe dirigée par Sergio Limone. Si une puissance de l'ordre de 300 ch à 8000 tr/ mn était prévue pour ce moteur de 2 litres dans sa version compétition, la version de série comme la voiture que nous présentons, dépassaient tout de même les 100 ch au litre de cylindrée, la puissance ressortant à 205 ch à 7500 tr/mn. La boîte de vitesse prévue était une robuste
ZF à cinq rapports. Les carrosseries furent étudiées et réalisées en résine de polyester et fibre de verre par Pininfarina.
Livrée neuve à Paris et dans les mains de son quatrième propriétaire depuis presque sept ans, la voiture est régulièrement entretenue chez un spécialiste du sud-ouest de la France.
Inscrite à plusieurs rallyes historiques comme la Coupe des Alpes et le rallye Transpyrénéen, la voiture fait aujourd'hui encore preuve d'une agilité et de performances hors du commun. Il est d'ailleurs amusant de noter que son précédent propriétaire, une femme soucieuse de rouler avec son auto dans plus de confort, avait fait monter des sièges baquets en tissu noir pour un meilleur maintien lors de ses sorties «sportives», il faut dire que cette Lancia, rare et performante, dotée d'une tenue de route exemplaire, est le jouet idéal pour de nombreux rallyes.
20 voitures de course furent produites et seulement 200 exemplaires furent construits pour satisfaire à l'homologation d'une pure bête de rallye. La 037 Rally fait partie de ces emblématiques encore accessible et surtout utilisable facilement. Nul doute que celle que nous présentons est une opportunité exceptionnelle d'accéder au mythe.

LANCIA 037 RALLY LANCIA 037 RALLY LANCIA 037 RALLY

22-04-2017 Est. 200000 - 300000 Aguttes

Carte grise Française
Kilométrage: 63 600 miles au compteur
Un coupé Corvette C2 très bien restauré
Une restauration respectueuse de la configuration originelle
Une auto virile aux courbes musclées

Au début des années 1950, la marque Chevrolet présente l'un des modèles les plus emblématiques de la production américaine, la Corvette.
Elle connaîtra une carrière exceptionnellement longue puisque nous en sommes aujourd'hui à la septième génération.
La Corvette que nous proposons est une très belle C2 sortie de l'Usine de Saint-Louis le 7 Octobre 1965, proposée en bleu
Nassau mariée à un intérieur en vinyle bleu clair et moquettes assorties. Cette auto est équipée du moteur V8 small block de 350 chevaux couplé à une boîte de vitesse à quatre rapports manuels. Les pots d'échappements latéraux lui confèrent une sonorité caverneuse et saisissante.
Parmi les options, on note l'air conditionné, les freins à disque, la radio d'origine, les ceintures de sécurité, les vitres électriques et la direction assistée. Restaurée par le passé, cette voiture a été rénovée dans le respect de l'origine puisque sa configuration actuelle est en tout point conforme à sa plaque d'options. Elle se présente aujourd'hui en excellent état et la peinture est de belle qualité.
Achetée chez American Cars Legend en 2013, l'auto a depuis connu un entretien important avec notamment une réfection de l'embrayage, du pont arrière, du système électrique ainsi que les vidanges pour un montant de plus de 7 500 €. Cette belle auto, si caractéristique de l'esprit Américain, est une occasion à ne pas manquer de s'approprier un des mythes de l'automobile.

CORVETTE C2 STING RAY CORVETTE C2 STING RAY CORVETTE C2 STING RAY

22-04-2017 Est. 65000 - 85000 Aguttes

ELITE FIA Chassis 1753
Carte grise française
Première GT de Lotus
Préparation de haut niveau Eligible au Mans Classic et au Tour Auto
Première vraie voiture de route du génial Colin Chapman, l'idée de construire une sportive entièrement en fibre s'imposa rapidement dans son esprit. Si la résine n'était plus une nouveauté à l'époque, l'utiliser pour la structure même de la voiture était une innovation de taille. Présentée en octobre 1957 au Salon de Londres l'Elite est la première monocoque en polyester fabriquée en série.
Elle est équipée du 4 cylindres
Coventry Climax FWE en alliage de 1 254 cm3, belle et légère, fiable et économique, ses 76 ch à 6100 tr/mn n'ont aucune peine à pousser ses 590 kg à 190 km/h!
Sportive dans l'âme, l'Elite ne tarda pas à s'illustrer sur les plus belles courses du monde comme lors des 24 Heures du Mans avec plusieurs victoires à son actif. Au total, 1 030 Elite furent construites jusqu'en septembre 1963.
1753 est un modèle de 1961 préparé conformément à l'annexe K du code sportif international de la FIA pour l'obtention d'un PTH.
Depuis 2008, date de son dernier Passeport Technique Historique, la voiture est passée entre les mains des Ateliers Eric Perou à Louans, spécialiste des véhicules historiques de compétition. Depuis février 2010, la voiture a participé à quelques séances de roulage et a été entretenue régulièrement par le mécanicien gérant la collection personnelle de son propriétaire. Ce dernier nous a d'ailleurs confirmé que la mécanique n'avait rien perdu de sa vigueur ni le châssis de son agilité! Eligible au Mans Classic, au Tour Auto et au Sixties' Endurance by Peter Auto, cette
Lotus Elite sera confiée à son nouveau propriétaire avec son dossier de restauration et de préparation (Photos et factures) et de ses quatre derniers PTH datant respectivement de 1988, 1993, 1997 et 2008.

1961 - LOTUS ElITE 1961 - LOTUS ElITE 1961 - LOTUS ElITE

22-04-2017 Est. 70000 - 90000 Aguttes

Seulement deux propriétaires, rare version non catalysée
Toujours entretenue chez le spécialiste Auvergne Moteurs
Certificat Ferrari Classiche
Only two owners, rare non-catalysed version
Always maintained by renowned specialist Auvergne Moteurs
Ferrari Classiche certificate
Carte grise française
Châssis: ZFFGJ34B000080768
Moteur/Engine: V8 à 90°
Cylindrée/Capacity: 2 936 cc - 478 ch
Apparue en 1987 afin de célébrer les 40 ans de la firme légendaire de Maranello, la Ferrari F40 est à l'époque l'icône de la marque. Ultime création du
Commendatore (décédé un an après sa sortie), elle est alors la voiture la plus rapide, la plus puissante et la plus chère de l'histoire de l'automobile. En son coeur, on retrouve le V8 à deux turbocompresseurs dérivé du moteur initialement proposé sur la 288 GTO. Toutefois, le moteur de la F40 bénéficie d'un alésage augmenté et d'une course réduite délivrant ainsi la puissance de 478 ch. Le 0 à 100 km/h était couvert en 3,8 s et la voiture pouvait se propulser sur 400 m en 11,8 s. Le freinage était tout aussi impressionnant, la F40 n'ayant besoin que de 36 m pour décélérer de 100 km/h à l'arrêt. Avec les 317 km/h de la Porsche 959 en ligne de mire, la F40 a fait voler en éclats le record du monde de vitesse pour une voiture de série jusqu'alors détenu par sa concurrente allemande, en atteignant la vitesse de 323 km/h, dépassant ainsi la barre symbolique des 200 mph (321 km/h).
Révolutionnaire par l'utilisation de la fibre de carbone, la F40 affichait un poids qui se limitait à 1 088 kg. Les considérations aérodynamiques ont bien sûr influencé le dessin de sa carrosserie, ce qui lui conférait une incroyable stabilité à haute vitesse et canalisait d'importants flux d'air vers le moteur. Aucune concession n'était accordée au confort. Qu'il s'agisse des sièges baquets ultra légers, de l'absence de moquettes et de poignées de porte, ou encore des vitres coulissantes ou fixes selon les modèles, les ingénieurs de Ferrari savaient que chaque kilo économisé était important dans la quête de performance.
Cette F40 frappée du Châssis 80768 est l'une des 1311 produites entre 1987 et 1992. Commandée par un prince pour être entreposée dans sa propriété de Senlis, elle a été livrée neuve en France dans les établissements Pozzi le 10 octobre 1989. Mais le souverain annulera sa commande, laissant cette Ferrari jusqu'en 1997 dans la concession levalloisienne. Enfin, le 22 septembre 1997, un client fidèle de la marque acquiert la voiture en échange d'1,5 million de francs. Il vient d'acheter la dernière F40 encore neuve à l'époque ! Le courrier de Ferrari, signé de la main de Daniel Marin, remerciant son client de cet achat, figure d'ailleurs dans l'épais dossier qui accompagne cette supercar, tout comme son bon de commande et sa facture.
La voiture quitte la région parisienne pour l'Auvergne où elle sera toujours entretenue chez le spécialiste de la marque Philippe Gardette (Auvergne Moteurs) que l'on ne présente plus tant sa gentillesse, sa passion et son professionnalisme sont reconnus de tous. Le 24 novembre 2008, cette F40 est envoyée à
Maranello et reçoit son Classiche Ferrari. Le fameux classeur rouge confirme son authenticité intégrale. Moteur, boîte de vitesses, turbo, réservoir, peinture...
tout est absolument conforme et dans un état exceptionnel.
Le 13 mai 2014, cette Ferrari change de mains et devient la propriété d'un ami proche, lui aussi auvergnat et adepte du Cheval Cabré. Son compteur affiche alors 22 000 kilomètres. Il en totalise aujourd'hui 25 025. Le carnet d'entretien et les factures confirment que l'entretien de cette machine d'exception s'est poursuivi régulièrement dans les ateliers d'Auvergne Moteurs et révèlent que les turbos ont été remplacés à 20 916 km, les freins entièrement refaits et la courroie de distribution changée à 21 140 km, la climatisation rechargée et les pneus remplacés à 22 665 km. Qu'une révision complète a également été effectuée à 22 703 km, avec boîte de vitesses déposée, embrayage refait et les silents blocs remplacés.
Rappelons que la F40 est la dernière voiture de Maranello conçue sous l'autorité directe d'Enzo Ferrari et qu'elle reste l'une des supercars les plus célèbres jamais produites. Qu'il s'agit, en l'occurrence, d'un exemplaire particulièrement désirable, français et n'ayant connu que deux propriétaires. Qu'il est entièrement d'origine (seul le volant et l'échappement d'origine ont été changés mais seront remis à son nouveau propriétaire), dépourvu de pot catalytique et de suspensions pilotées. Il est équipé de l'air conditionné, de vitres à remontage manuel, de harnais à quatre points Sabelt et dispose de sa housse, de sa trousse à outils et de ses accessoires d'origine dans leur étui d'époque. 2017 célébrant le 70ème anniversaire de la marque, il y a de fortes probabilités qu'une telle icone de la marque voit ses enchères s'envoler...
Unveiled in 1987 to celebrate the 40 years of existence of the legendary Maranello car maker, the Ferrari F40 was the iconic flagship of the marque. The last creation of the Commendatore, who was to die a year after its launch, the F40 was at that time the fastest, the most powerful and the most expensive car in automobile history.
The pulsing heart of this predator was a twin turbo V8 engine derived from the unit first seen in the 288 GTO. However, with an increased bore and a shortened stroke, the version in the F40 produced 478 bhp. From a standing start, the car reached 100 kph in 3.8 seconds and covered 400 metres in 11.8 secs. The braking was just as impressive, the F40 needing only 36 metres to decelerate from 100 kph to zero. Setting its sights on the world record top speed for a production car standing at the 317 kph achieved by the Porsche 959, the F40 shattered the record by reaching 323 kph, having also exceeded the symbolic figure of 200 mph (321 kph).
With the revolutionary use of carbon fibre, the weight of the F40 had been kept down to 1 088 kg. Advanced aerodynamic research had largely determined the shape of the body, achieving incredible stablity at high speed and ensuring good air flow towards the engine. No concessions were made to comfort. With ultra light bucket seats, the absence of carpets and door handles and the provision of sliding or fixed windows according to the version, the Ferrari engineers knew that every kilo saved was important in the quest for performance.
This F40, stamped with the chassis number 80768 is one of the 1311 cars produced between 1987 and 1992. Ordered by a prince who intended to keep the car at his property at Senlis, she was delivered to the French importer Pozzi on
October 10th 1989. But the ruler cancelled his order and the Ferrari remained in the marque's showroom at Levallois until 1997. Finally, on Semptember 22nd, a loyal Ferrari client bought the car for 1.5 million francs. He had in fact acquired the last remaining unused F40. A letter from Ferrari, personally signed by Daniel
Marin, thanking the client for this purchase, is in fact included in the thick file which accompanies this supercar, along with the order form and the invoice.
The car left the Paris area to go to the Auvergne where she would be maintained by the well-known Ferrari specialist Philippe Gardette (Auvergne Moteurs), whose passion and high professional standards are unanimously acknowledged. This F40 was sent to Maranello on November 24th 2008 and received her Classiche Ferrari certification. The handsome red folder confirms her total authenticity: engine, gearbox, turbos, fuel tank, paintwork, everything is in absolute conformity and in outstanding condition.On May 13th 2014, this Ferrari changed hands but did not move far, becoming the property of another fan of the prancing horse, a neighbour and close friend of the previous owner. The odometer reading was then 22 000 km and is now 25 025.
The service record and the invoices confirme that this exotic machine continued to be looked after regularly in the workshops of Auvergne Moteurs and show that the turbos were replaced at 20 916 km, the brakes entirely overhauled and the timing belt changed at 21 140 km, the air conditioning gas and the tyres replaced at 22 665 km. A major service was undertaken at 22 703 km, with the gearbox taken out and the clutch and engine mountings changed.
We remind you that the F40 was the last model to be produced at Maranello under the personal direction of Enzo Ferrari and that she remains one of the most famous supercars ever made. The car in this sale is a particularly desirable example, having only had two knowledgeable and careful French owners. It is entirely original (only the steering wheel and the original exhaust system have been changed and these parts will be handed over to the next owner) and it has neither catalysers nor electronic driving aids. It has air conditioning, hand operated wind-up windows and Sabelt four-point safety harnesses. It comes with a car cover and the tool kit and original accessories in their original case. As 2017 sees the 70th anniversary of the foundation of the Ferrari marque, it is very likely that the bidding for such an iconic car will be hotly disputed.

FERRARI F40 FERRARI F40 FERRARI F40

18-03-2017 Bought In Aguttes

Présentation rare et patine inimitable
Etat mécanique irréprochable
Rare 3 places
Rare presentation and incomparable patina
Irreproachable mechanical condition
Rare 3-seater
Carte Grise française
Châssis: 121042 10 015477
Moteur/Engine: 4 cylindre en ligne
Cylindrée/Capacity: 1879 cc - 105 ch
La Mercedes 190 SL a été produite de 1954 à 1963 à 26 000 exemplaires.
Lorsqu'elle fut présentée au salon de New York en 1954, le pari de proposer un roadster robuste et élégant mais bien meilleur marché que la légendaire 300
SL dont elle s'inspire fut gagné. La presse enthousiaste poussa la clientèle à cette dépense raisonnable.
Animé par une mécanique éprouvée commune à d'autres modèles de la gamme, la 190 est une voiture confortable utilisable au quotidien comme pour des aventures aux longs cours. Le moteur à 4 cylindres de 1900 cc développe 105 ch chevaux et avec un certain enthousiasme propulse cette voiture de charme à plus de 170 km/h.
La qualité de fabrication est exemplaire et le public salue la douceur de conduite de cette automobile d'autant plus polyvalente qu'elle peut être livrée avec un hard top pour un usage en coupé. Avec toutes ses qualités, elle sera un succès commercial sur le vieux continent et aux Etats-Unis où une majorité sera livrée.
Vendue neuve aux Etats-Unis en février 1961, notre Mercedes 190 SL fut ensuite importée en France il y a quelques années par un collectionneur, tombé sous les charme de sa patine incroyable. Il faut dire que l'auto a une allure fabuleuse. Sa belle peinture noire qui nous semble en tous points d'origine a conservé malgré les années un très bel éclat et une profondeur rare. Parfaitement alignés, chaque éléments de la carrosserie assurent un sentiment de qualité et attestent du soin qu'elle a reçu tout au long de sa vie. L'habitacle est peut-être encore plus beau. Sa sellerie de couleur bordeaux arbore une superbe patine et se marie à merveille avec l'extérieur. Les moquettes sont quant à elles neuves. Son tableau de bord, plein de charme, comporte toujours son rarissime autoradio d'origine et son horloge sur son couvercle de boite à gants. L'ensemble est splendide.
Coté mécanique, sans mesure de coût, il fut décidé de procéder à une restauration totale du moteur afin de retrouver des performances strictement conformes à celle de 1961. Il suffit de soulever le capot avant ou de consulter l'épais dossier de la restauration pour constater l'étendue du travail.
Un important dossier relate les étapes de cette restauration soignée. D'ailleurs, la boite de vitesses et les carburateurs furent également refaits tout comme les amortisseurs et les freins. Lors de notre essai, cette voiture nous apporté entière satisfaction. Son comportement est tout simplement irréprochable et son allure fait lever les pouces en l'air sur son passage ! Il ne fait aucun doute que cet exemplaire satisfera le passionné exigeant.
Son rare hard top d'origine sera livré avec l'auto pour un usage hivernal. D'ailleurs, cette belle auto reçu récemment un boitier de chauffage neuf, une pièce extrêmement couteuse chez Mercedes.
Immatriculé en France et disposant de trois places, cette Mercedes-Benz 190
SL a de nombreux atouts car s'il est possible de restaurer une voiture, il est en revanche impossible de recréer une telle patine d'origine. Cette étoile est une opportunité rare que l'on ne voit pas passer assez souvent...
The Mercedes 190 SL was produced in 1963 in 26,000 units. When it was unveiled at the 1954 New York Auto Show, the gamble of offering a robust and elegant roadster at a cheaper price than the legendary 300 SL that inspired it paid off. The enthusiastic press pushed customers to make this reasonable purchase.
Given the proven engine found in other models from the same line, the 190 is a comfortable car for everyday use as well as long trips. The 4-cylinder, 1,9000 cc engine produces 105 horsepower and can bring this charming car up to 170 km per hour (105 mph).
The production quality is evident and the public loved its soft handling as well as the versatility that came from the hard top sold with it so it could be driven in coupé mode. With all these qualities, it was a commercial success on the old continent as well as in the U.S. where the majority of them were sent.
Sold new in the U.S. in February 1961, our Mercedes 190 SL was then imported into France a few years ago by a collector who fell in love with the charm of its patina. It's worth saying that this car has incredible allure. Its lovely black paint, which to us seems in all respects original, has kept its wonderful vibrant colour and rare depth despite all the years passed. Perfectly balanced, all the features on the body showcase its quality and attest to the care that it received throughout its life. The cabin is perhaps even more beautiful. The Bordeaux-coloured seat covers have a superb patina and are a marvellous match with the exterior. The carpets are new, and its charming dashboard still has the rare original car stereo and clock on the lid to the glove box. All together, everything is splendid.
In terms of its mechanics, with no mind given to the cost, the owner decided to give the engine a complete overhaul in order to return its performance level to the same it had in 1961. You only need to lift the bonnet or consult the lengthy restoration paperwork to grasp the extent of the work.
Major documentation attests to the various stages of this meticulous restoration.
Moreover, the gearbox and carburettors were also overhauled as well as the shocks and brakes. During our road test, this car satisfied us in every way. Its behaviour is quite simply irreproachable and its allure makes heads turn! There is no doubt that this model will satisfy the most demanding enthusiast.
Its rare original hard top comes with the car for winter use. Also, this beautiful car recently received a new heater casing, an extremely expensive part from Mercedes.
Registered in France and having three seats, this Mercedez-Benz 190 SL has numerous qualities and while it is possible to restore a car, it is impossible to recreate such an original patina. This star is a rare opportunity that you don't see often...

MERCEDES-BENZ 190 SL MERCEDES-BENZ 190 SL MERCEDES-BENZ 190 SL

18-03-2017 Bought In Aguttes

Voiture française historique produite à 5 exemplaires
Etat et fonctionnement irréprochables
Eligible dans toutes les plus belles manifestations
Historic French car of which only 5 were built
Irreproachable condition and functioning
Eligible for all the most prestigious events
Carte grise française
Châssis: 85188
Moteur/Engine: 4 cylindres en ligne double arbre à came en tête
Cylindrée/Capacity: 2328 cc - 105 ch
Présentée au Salon de Paris 1953, alors installé sous la nef du Grand Palais, la Salmson 2300 S incarne le renouveau de la marque. Jacques Bernard, le nouveau directeur de la Société des Moteurs Salmson a placé tous les espoirs du constructeur français dans ce nouveau coupé sportif 2+2 qui n'existe plus dans la production nationale de l'époque, pour réussir à sortir la marque de l'ornière financière dans laquelle elle est prise depuis deux ans. Une première série de trente-huit modèles est construite avec la participation du carrossier
Esclassan. Puis Henri Chapron prendra le relai durant l'année 1954 et habillera ensuite tous les autres châssis à l'exception de quelques-uns carrossés par
Motto et par Pichon-Parat. La Salmson 2300S connaîtra également de nombreux succès sportifs en remportant sa classe au Tour de France Automobile, au Monte-Carlo, au Liège-Rome-Liège ou encore au Lyon Charbonnière...
Seuls cinq cabriolets seront réalisés par le célèbre carrossier français Chapron, tous existants et répertoriés à ce jour. L'exemplaire présenté est le troisième fabriqué (châssis n° 85188) et surtout celui qui fut exposé au Salon de Paris en 1955. Comme l'atteste sa fiche d'identité usine, ce rare cabriolet 2300S Chapron de couleur beige ouragan fut livré le 24 mai 1955 à Marco Eilfa, son premier propriétaire, résidant 28 rue Louis Legrand à Paris. Cette voiture lui servira quotidiennement jusqu'en 1976, année de sa vente. Le deuxième propriétaire est bien connu des collectionneurs de la première heure puisqu'il s'agit de Modeste Tréhin, surnommé ‘' l'homme aux Hispano''. Désireux d'entreprendre la restauration du cabriolet à la fin des années 1990 pour lui redonner son lustre d'antan, il finira par la vendre à l'un de ses amis, ‘'Salmsoniste'' de père en fils, dans la région de Marseille. La voiture est alors intégralement restaurée dans les règles de l'art en 2001. Son actuel propriétaire, également connu dans le milieu des collectionneurs, a parcouru de nombreux kilomètres à son volant, allant jusqu'en Azerbaïdjan et en Serbie lors du Rallye des Portes de l'Orient en octobre 2008. Très récemment, l'embrayage et les freins ont été refaits. La boite et le moteur ont été contrôlés et la superbe capote en alpaga remplacée il y a quelques années. L'intérieur est également superbe, habillé d'une sellerie verte de grande qualité et joliment patinée. Son tableau de bord rappelle également que nous sommes en présence d'un modèle de sport avec un compte tours gradué jusqu'à 8000 tr/mn. Les belles jantes de 16 pouces ont été refaites intégralement chez Borrani et remplacent merveilleusement bien les fragiles Robergel d'origine. La voiture est accompagnée d'un dossier de factures de 60 000 euros.
Nous avons eu la chance de parcourir près de 100 km à son volant dans la circulation et d'en apprécier le parfait comportement. La boite Cotal semi-automatique électromagnétique type MK25 à quatre rapports (+ une marche arrière) est un bonheur d'utilisation par sa simplicité et son parfait fonctionnement.
Les freins sont eux surprenants d'efficacité. Son 4 cylindres en alliage léger double arbre à cames en tête, le premier français du genre, alimenté par un carburateur double corps développe 105 chevaux et permettait d'atteindre les 180 km/h. Il fait honneur à son glorieux passé en compétition (il s'agit du moteur qui équipait la barquette Salmson Motto engagée aux 24 Heures du
Mans en 1955). Il offre du couple à bas régime avec une belle allonge et des reprises franches.
Construit à seulement cinq exemplaires, ce cabriolet quatre places dont les lignes sobres et élégantes sont le fruit du talent d'Henri Chapron, l'un des maîtres carrossiers français, présente une histoire limpide et les caractéristiques chères aux modèles prisés par les plus grands collectionneurs. Plus exclusif et rarissime que ses concurrentes de l'époque, les Jaguar XK 120 et Alfa Romeo 2500, ce rarissime Cabriolet Salmson a incontestablement sa place dans les concours les plus prestigieux et les plus belles collections.
Presented in 1953 at the fortieth Salon de l'Automobile in Paris under the immense glass roof of the Grand Palais, the 2300 S embodied the modernization and revitalization of the Salmson marque. Jacques Bernard, the new director of the Société des Moteurs Salmson, placed all the hopes of the French car maker on this new 2+2 sports coupé, a category no longer offered by any French manufacturer, to succeed in extricating the company from the financial difficulties with which it had been struggling for the previous two years. A first series of thirty-eight cars was built with the participation of the coachbuilder Esclassan. Then another coachbuilder,
Henri Chapron, took over throughout 1954 and then bodied all the other chassis, except for a few bodied by Motto and by Pichon-Parat. The Salmson 2300S achieved numerous sporting successes, winning its class in the most prestigious competition events such as the the French Tour de France Automobile and the
Monte-Carlo Rally and others, including the Lyon-Charbonnières, Alpine Cup and the Liège-Rome-Liège.
Only five convertibles would be built by Chapron and all of them have survived and their present whereabouts are known. The car on offer is the third built (chassis n° 85188) and, above all, the one which was exhibited at the Salon de Paris in 1955.
As is attested by the factory identity document, this rare Chapron-built Salmson 2300S convertible was delivered on May 24th 1955 in «beige ouragan» to her first owner, who lived at 28 rue Louis Legrand in Paris. He used the car daily until he sold it in 1976. The second owner was a well-known figure to an earlier generation of old car enthusiasts, as he was Modeste Tréhin, nicknamed “the man with the Hispanos”. In the late nineties, he wanted to have the Salmson restored to its former glory, but he ended up by selling it to one of his friends who lived near
Marseille and was a member of a family in which Salmson-worship was hereditory!
In 2001, the car underwent a total and faithful restoration of the highest quality.
The current owner, also well-known to classic car enthusiasts, has driven the car over considerable distances, including going to Azerbaïdjan and Serbia in October 2008 in the course of the Rallye des Portes de l'Orient. Just recently the clutch and the brakes have been renovated. A few years ago the engine and gearbox were thoroughly checked over and the superb alpaga hood was replaced. The interior is excellent, with the high quality upholstery of green leather having acquired a nice patina. The instruments remind us that this is a sporting machine, as the revcounter is graduated up to 8000 revs. The handsome 16 inch wire wheels have been restored by Borrani and are an advantageous replacement for the fragile
Robergel wheels originally fitted. The file of invoices accompanying the car shows work costing 60 000 euros.
We have been fortunate enough to drive this car for nearly 100 km in normal traffic and we have appreciated its behaviour. The Cotal electromagnetic 4-speed (+ reverse) type MK25 preselector gearbox is a joy, being simple to use and functioning perfectly, and the brakes are astoundingly efficient. The light alloy 4 cylinder engine with twin overhead camshafts, the first of its kind in French production, fed by a twin throated carburettor, produces 105 hp, allowing a top speed of 180 kph.
It does honour to its glorious past in competition (the same engine powered the
Salmson Motto sports-racer which competed in the ill-fated Le Mans 24 Hours in 1955). It has ample torque at lows revs, a good rev range and vigorous acceleration.
This 4-seater convertible, whose restrained and elegant lines bear witness to the talent of Henri Chapron, one of the greatest French coachbuilders of the golden age, has a clear and unbroken history and possesses attributes much admired by leading connoisseurs of models of that period. As only five convertibles were built and less than 250 of the 2300S fixed-head coupé were produced, this car is infinitely more rare and exclusive than its compemporary rivals such as the Jaguar
XK 120 and Alfa Romeo 2500. It can incontestably claim its right to enter the most prestigious concours and the top collections.
This complete restoration has been carried out with scrupulous respect for the original specifications and using a large number of factory parts. The numerous stickers and the serial numbers on body parts are all present. As well as having a voluminous restoration file, this car comes with its sales brochure, original owner's handbook, full set of tools and jack.
The present owner, who was 24 when he bought the car, has kept it for 25 years.
Now a car designer, he had been enchanted by the astonishing design by Marcello
Gandini, at that time the chief designer at Bertone. He has not driven this Lamborghini very much (it has now covered a little over 73 000 km) but he has always run the engine very regularly.
The Espada was the fastest four-seater car in the world when it was launched and its comfort and efficiency are still impressive today, as a road test enabled us to see for ourselves. The V12 engine soars willingly to high revs, the gearbox is a joy to use and, contrary to expectations, the car seems to be light and nimble, despite its considerable bulk. With its powerful brakes, precise steering and efficient suspension, this is a sound and safe vehicle. The great care lavished on it by its two successive owners makes this a particularly desirable prospect.

SALMSON 2300S CABRIOLET CHAPRON SALMSON 2300S CABRIOLET CHAPRON SALMSON 2300S CABRIOLET CHAPRON

18-03-2017 Bought In Aguttes

Elégant, rare et puissant roadster britannique 85 exemplaires et un des 40 répertoriés par le club
Très belle présentation générale
A beautiful, streamlined, rare British roadster
One of 85 examples built and 40 known to exist worldwide
Magnificent style in charming original colors
Carte grise française
Châssis: 5200
Moteur/Engine: 4 cylindre
Cylindrée/Capacity: 2498 cc - 120 ch
Lea Francis était une manufacture anglaise (fondée par Richard Lea et Graham
Francis) qui lança ses propres modèles dès 1909. Suite à une administration judiciaire en 1931, Lea-Francis ré-émergeait sous une nouvelle direction en 1938, proposant deux modèles à moteur à soupapes en tête et double arbre à cames. Conçus par Hugh Rose, un ancien de Riley et construites en fonction de performances plutôt qu'en fonction d'un prix, les nouveaux modèles remettaient
Lea-Francis sur les rangs des constructeurs d'automobiles de qualité s'adressant à ceux qui privilégient la personnalité à la banalité de la production en série. La firme de Coventry, réputée de la longue date, reprit la construction après la deuxième guerre avec sa gamme de 1939 mais ce ne fut pas avant 1947 qu'un nouveau modèle vit le jour sous la forme de la 14 HP Sports.
En marge de cela, la réputation des moteurs Lea-Francis font leur chemin. Très réputés, ils équiperont exclusivement les monoplaces de l'écurie Connaught
Engineering pendant trois ans en Formule 1 et en dix Grands Prix, les moteurs
Lea Francis permirent à Connaught de décrocher la quatrième place du Grand
Prix de Silverstone grâce au pilote Dennis Poore. Sur cette belle lancée, en 1949 est présenté la 2.5 Liter Sports, un roadster puissant capable de rivaliser avec toutes ses concurrentes de l'époque grâce à un moteur puissant et un châssis bien conçu. Arborant un style à la dernière mode, bien que rappelant un peu celui des BMW 328 d'avant-guerre, la Sports était propulsée par le quatre cylindre Lea-Francis 2.5 litre dans le style de Riley, qui lui permettait d'excellentes performances. Seulement 85 exemplaires de ces roadsters rapides et élégants furent produits et 40 sont répertoriés par le Lea-Francis
Owners' Club.
Livré neuf en Suède, ce roadster à conduite à droite fut importé au Danemark dans les années 1990 et intégralement restauré, le travail s'achevant en 2006. Il est acheté en 2013 par un collectionneur français tombé sous le charme de l'auto. Depuis de nombreux frais, factures à l'appui, ont été fait sur l'embrayage, le moteur, l'arbre de transmission, le démarreur et les freins chez des spécialistes de la région parisienne. Présentant une très belle carrosserie rehaussée par son rouge bordeaux et un intérieur en excellent état, superbement patiné, cette Lea-Francis nous a apporté entière satisfaction. Rouler « différent » dans un roadster 4 places et puissant est un plaisir exclusif. De plus, elle est une bonne occasion d'acquérir une de ses rares sportives Lea-Francis éligibles pour de nombreuses épreuves de voitures d'époque, notamment le
Goodwood Revival.
Lea Francis was an English factory (created by Richard Lea and Graham Francis) which produced its own models from 1909. In receivership in 1931, Lea-Francis re-emerged under new ownership in 1938, offering a pair of overhead-valve, twincam engined models designed by Hugh Rose, formerly with Riley. Built up to a specification rather than down to a price, the new models re-established Lea-
Francis as purveyors of quality motor cars to those who preferred individuality to the banality of mass production. The long established Coventry firm recommenced production after WW2 with its 1939 range and it was not until 1947 that a new model arrived in the shape of the 14hp Sports.
The reputation of Lea-Francis engines makes their way. Very renowned, they will equip exclusively the single-seaters of the stable Connaught Engineering during three years in Formula 1 and in ten Grand Prix, engines Lea Francis allowed
Connaught to pick up the fourth place at Silverstone with Dennis Poore.
Everything is going well and in 1949 is presented the 2.5 Liter Sports, a powerful roadster capable of competing with all his competitors of the time thanks to a powerful engine and a well designed frame.
Boasting up-to-the-minute styling, albeit somewhat reminiscent of the pre-war
BMW 328, the 2.5 Liter Sports was powered by Lea-Francis's Riley-style 2.5-litre providing excellent performance. Only 85 of these fast and stylish roadsters were produced of which 40 are currently in the Club with others known to exist in the hands of non-members.
Delivered new to Norway, this right-hand drive roadster was imported into Denmark in the late 1990s and restored, the work being completed in 2006. It is bought in 2013 by a French collector fallen under the spell of the automobile.
Since numerous expenses, supporting invoices, were made on the clutch, the engine, the propeller shaft, the starter and the brakes at different specialists of the
Parisian region.
Presenting a very beautiful body raised by its red Bordeaux and a beautiful upholstery, magnificently skated, this Lea-Francis brought us complete satisfaction. To drive «different» in a powerful 4 seaters roadster is an exclusive pleasure. Moreover, it represents an opportunity to acquire a rare Lea-Francis sports car eligible for a wide variety of historic motor sports events including the Goodwood Revival.

LEA-FRANCIS 2.5 SPORTS TOURER LEA-FRANCIS 2.5 SPORTS TOURER LEA-FRANCIS 2.5 SPORTS TOURER

18-03-2017 Bought In Aguttes

Carnets, factures, sors de révision
Excellent état d'origine
La Ferrari de Magnum !
Logs, invoices, maintenance history
Excellent original condition
The Magnum P.I. Ferrari!
Carte grise allemande
Châssis: ZFFMA13A60045511
Moteur/Engine: 8 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 2496 cc- 240 ch
Propulsée sous les feux de la rampe au Salon de Paris 1975, la nouvelle berlinette
Ferrari baptisée 308 (« 30 « pour 3,0 litres de cylindrée et « 8 « pour 8 cylindres) reprend le châssis de la Dino 308 GT4 avec un empattement réduit de 21 cm et le même moteur de 255 chevaux. En revanche, la nouvelle 308
GTB marque le retour du style Pininfarina qui signe l'un des dessins les plus emblématiques du Cheval Cabré avec une ligne inspirée directement des 512
BB et Dino 246 GT. Particulièrement compacte, basse et effilée, la 308 GTB va immédiatement séduire tous les passionnés de la marque ainsi qu'un public plus large.
En septembre 1977, au salon de de Francfort, est lancée la version découvrable 308 GTS qui vient combler le vide laissé trois ans plus tôt par l'arrêt de la 246 GTS. Pininfarina a d'ailleurs repris le même principe du toit amovible qui vient se ranger derrière les sièges. La GTS possède des différences mécaniques par rapport à la GTB avec une lubrification à carter humide et deux distributeurs d'allumage au lieu d'un seul. A partir de 1982, les culasses comporteront quatre soupapes par cylindre. Le principal signe distinctif de cette version QuattroValvole sera l'ajout de longues portées et du Cavallino
Rampante dans la grille de calandre. A noter que l'acteur Tom Selleck, alias
Magnum dans la série TV du même nom, va se déplacer de 1980 à 1988 durant 155 épisodes au volant d'une 308 GTS qui contribuera également à la renommée de cette version à travers le monde.
L'exemplaire proposé date de mars 1983 et affiche 101 400 miles au compteur.
Livré par la concession de Houston, il a connu trois propriétaires américains avant d'être importé en Europe en 2011 par son quatrième propriétaire allemand.
Cette voiture a ensuite été revendue en 2013 à un autre collectionneur germanique qui s'en sépare aujourd'hui. La voiture a été entièrement révisée par un professionnel qui a procédé au changement des courroies de distribution ainsi qu'aux diverses étanchéités moteur. Il s'agit assurément d'un modèle promis à un bel avenir en collection en échange d'un montant qui demeure encore abordable aujourd'hui.
Propelled into the spotlight during the 1975 Paris Auto Show, the new berlinette
Ferrari, baptised 308 (“30” for 3.0 litres and “8” for its 8 cylinders), had the chassis of the Dino 308 GT4 with a wheelbase shortened by 21 cm and the same 255-horsepower motor. However, the new 308 GTB marked a return to the Pininfarina style that is one of the most emblematic designs to come from the Prancing Horse, with its lines taking inspiration directly from the 512 BB and the Dino 246 GT. Particularly compact, low and streamlined, the 308 GTB went on to immediately seduce all the lovers of the brand as well as the greater public.
In September 1977, at the Frankfurt show, a convertible version of the 308 GTS was launched, which filled in the gap that had been left three years earlier by the production end of the 246 GTS. Pininfarina also used the same concept of a detachable roof that could be stowed behind the seats. In comparison with the GTB, the GTS has mechanical differences with a wet-sump lubrication system and two ignition distributors instead of just one. Starting in 1982, the cylinder heads were fitted with four valves per cylinder. The distinctive features of this quattrovalvole version include the addition of rectangular lights and the Cavallino Rampante in the grill. It's worth noting that the actor Tom Selleck who played the role of Magnum
P.I. in the TV series, was seen behind the wheel of a 308 GTS from 1980 to 1988 in 155 episodes of the show, which added to this version's worldwide fame.
The model offered dates from March 1983 and has 163,187 km (101,400 miles) on the odometer. Sold by the dealer in Houston, it had three American owners before being imported to Europe in 2011 by its fourth owner from Germany. This car was then sold again in 2013 to another German collector who is now selling it. The car was completely overhauled by a professional who changed the distribution belts as well as various seals. It is certainly a model with a wonderful future in a collection for a price that is still affordable today.

FERRARI 308 GTS QUATTROVALVOLE FERRARI 308 GTS QUATTROVALVOLE FERRARI 308 GTS QUATTROVALVOLE

18-03-2017 Sold Aguttes

Belle présentation
Mécanique musclée de 430 ch
Deux propriétaires depuis 1973
Excellent appearance
Powerful, 430-horsepower engine
Only two owners since 1973
Carte grise américaine/Attestation FFVE Certificat de dédouanement 846-A Châssis: THPNNM05410
Moteur/Engine: 8 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 5800 cc - 430 ch
Présentée au Salon de New York en 1970, la Pantera succède à la Mangusta et à la Vallelunga. Cette Supercar construite à 7200 exemplaires de 1971 à 1992, dont le design est l'oeuvre de Tom Tjaarda, s'inscrit comme le modèle phare du constructeur italien De Tomaso. A l'instar de son aînée la Mangusta, la première Pantera était équipée d'un V8 Ford qui sera porté à 5,7 litres de cylindrée développant 330 chevaux installé en position centrale sur un châssis monocoque en acier. A l'époque, les liens avec le constructeur américain ne se limitent pas uniquement à la fourniture de son V8 qui équipera la belle italienne dans des versions de différentes puissances. Ford sera en effet actionnaire du constructeur italien jusqu'en 1975 et, à ce titre, distributeur de la Pantera par l'intermédiaire de sa marque Lincoln-Mercury. La GT italo-américaine figure alors dans la liste des GT les plus puissantes et les plus attractives du marché sur le plan tarifaire.
Cet exemplaire fait partie de ceux exportés à l'époque aux Etats-Unis. Achetée neuve outre-Atlantique en 1973, cette Pantera est un exemplaire très rare de la première génération. Faiblement kilométrée, cette Pantera n'a connu que deux propriétaires et c'est en 1991 qu'elle change de main. Repeinte la même année dans sa teinte d'origine, cette Italienne très racée bénéficie également d'une préparation importante de son moteur Ford 351 Cleveland portant sa puissance à 430 chevaux. Cette préparation est accompagnée d'une réfection et de l'amélioration des freins et du circuit de refroidissement. Ses roues
Campagnolo plus larges, rares dans cette dimension, lui confèrent une allure ravageuse. Ne l'utilisant que lors de manifestations historiques, la voiture est exposée le reste du temps.
Testée sur la route, cette Pantera a révélé un comportement parfaitement sain. Assez facile à prendre en main malgré ses 430 chevaux, sa conduite est aussi exigeante qu'excitante ! Très bien guidée et stable à haute vitesse, l'auto semble sur des rails. Le freinage est tout aussi rassurant. La boite de vitesses est ferme et ne souffre d'aucun accroc lors des changements de rapports.
En résumé, cet italo-américaine est sans concession. A l'image des décibels délivrés par son échappement inox: une symphonie puissante et virile qui ne laissera pas indifférents les amateurs de GT exclusives.
Presented in 1970 at the New York Auto Show, the Pantera came after the Mangusta and the Vallelunga models. This supercar had a production run of 7,200 units from 1971 to 1992, and its design was the work Tom Tjaarda, making it the flagship model for the Italian manufacturer De Tomaso. Just like its big brother, the
Mangusta, the first Pantera was equipped with a 5.7 litre, 300-horsepower Ford
V8, centre mounted on a steel monocoque chassis. At the time, the connections with the American builder were limited only to the V8 engine, which came in this beautiful Italian car in different power versions. Ford was actually a stockholder of the Italian manufacturer up until 1975 as well as a distributor of the Pantera through its own brand, Lincoln-Mercury. The Italian-American GT is on the list of the most powerful and attractive GTs on the market in this price range.
This car was among those exported to the U.S. at the time. Bought new in 1973, this Pantera only had two owners, changing hands in 1991. This sophisticated
Italian car was repainted that year in its original colours and its 430-horsepower,
Ford 351 Cleveland engine was overhauled. Along with this overhaul, the car was refurbished and its brakes and cooling system were repaired. Its wide Campagnolo wheels, rare for this size, add to the car's head-turning allure. The car is only driven during classic car events and is on exhibition the rest of the time.
During a road test, this Pantera demonstrated perfect driving performance. It is easy to handle despite its 430-horsepower engine, and its behaviour on the road is both demanding and exciting! With stable steering at high speeds, the car seems like its locked on rails. The braking is also very reassuring and the gearbox is sold and shows no snags when changing gears. In all, this Italian-American classic is uncompromising. The decibels pumping out of its stainless steel exhaust fill the air with a powerful and virile symphony that is sure to excite lovers of GTs.

DE TOMASO PANTERA DE TOMASO PANTERA DE TOMASO PANTERA

18-03-2017 Bought In Aguttes

Première version d'une légende
Restauration de grande qualité
Etat de fonctionnement irréprochable
First version of a legend
High-quality restoration
Impeccable operating condition
Carte grise espagnol
Châssis: WBSAK010602191322
Moteur/Engine: quatre cylindres, 16 soupapes
Cylindrée/Capacity: 2302 cc - 200 ch
Véritable star des années 80, la BMW M3 E30 se positionne comme la toute première M3 de l'histoire et l'aînée d'une incroyable lignée de sportive de haute volée. Totalement conçue pour le sport automobile par le département Motorsport du constructeur bavarois, elle sera la base de nombreuses évolutions bodybuildées qui apporteront à la marque victoires et titres, dans de nombreux championnats, tant en circuit qu'en rallye. Ainsi naquit la réputation de ce modèle emblématique dont les versions actuelles continuent à combler les amateurs de super-sportives. Si la M3 E30 n'est pas un objet particulièrement rare, les modèles en excellent état d'origine sont aujourd'hui extrêmement difficiles à trouver et leur côte ne cesse de grimper.
La M3 présentée ici appartient à cette catégorie. Achetée neuve en France le 31 août 1988 par son premier propriétaire qui la conservera pendant plus de 25 ans, elle est ensuite vendue en 2015 à un collectionneur espagnol qui effectuera une restauration totale, comme l'atteste l'important dossier de photos.
De fait, la carrosserie ne présente aucun défaut, la mécanique a été entièrement refaite, à l'instar des trains roulants et des freins. Le circuit électrique et les pneus sont neufs. Cette M3 est parfaitement conforme à sa sortie d'usine et bénéficie de son intérieur d'origine en cuir noir en excellent état, de son autoradio de série, des jantes BBS démontables (option de l'époque), de sa climatisation et de sa boîte à outils d'origine complète. Les puristes apprécieront également l'absence de toit ouvrant qui garantit une meilleure rigidité de la caisse.
L'ensemble des travaux effectués se retrouve dans la conduite et le comportement de cette sportive qui n'a rien perdu de son caractère exceptionnel. Vive, agile et parfaitement guidée, cette M3 assume sans problème ses 194 000 km au compteur et fait honneur à sa réputation. Très recherchée sur le marché, cette version est extrêmement rare dans cet état, tant les restaurations sont particulièrement coûteuses sur ce type de modèle.
A genuine star of the 1980's, the BMW M3 E30 is, to put it simply, the very first
M3 in history and the eldest model of this incredible line. Completely designed as a sport automobile by the Motorsport division on the Bavarian manufacturer, it became the basis of numerous other sporty variations that brought the brand victories and titles in national and international championships, in both circuit and rally events. That's how the reputation of this emblematic model was born, and the model continues on in current versions that have not stopped attracting supersport enthusiasts. If the M3 E30 is not a particularly rare object, models in excellent original condition are extremely difficult to find today and their popularity is always on the rise.
The M3 on offer here belongs to this category. Bought new in France on August 31, 1988, by its first owner who maintained it well for more than 25 years, it was sold in 2015 to a Spanish collector who performed a complete overhaul, which the photo dossier coming with the vehicle can attested to in detail. Indeed, its body possesses no defects, and the car's mechanics were completely overhauled, including the running gear and brakes. The electrical network and the tyres are new.
This M3 conforms perfectly to the original factory specs and still has its original black leather interior, which is in excellent condition, the car stereo that came with the series, BBS split rim wheels (optional at the time), air conditioning, and the complete original toolbox. Purists will also appreciate the absence of the sunroof, which adds to the rigidity of the automobile.
All the service performed can be felt in the handling and performance of this sporty car, which has lost none of its exceptional character. Lively, agile and perfectly balanced, this M3 defies the 194,000 km (120,545 miles) on its odometer and does great honour to the series' reputation. Highly sought after on the market, this version is extremely rare to find in this condition seeing as how servicing this model is particularly expensive.

BMW M3 E30 BMW M3 E30 BMW M3 E30

18-03-2017 Bought In Aguttes

Un vrai collector dans l'histoire de BMW Série limitée très recherchée
Carnet d'entretien d'origine
A truly collectable model in the history of BMW Much sought after limited series
Original service records
Carte grise française
Châssis: WBSBF99040EA40286
Moteur/Engine: Six cylindres en ligne
Cylindrée/Capacity: 2 990 cc - 295 ch
L'apparition en 1986 du «M» de BMW Motorsport sur la BMW E30 a fait l'effet d'une bombe. Dénommée M3, ses 200 ch lui permettaient des performances qui laissaient la concurrence assez loin derrière. Le succès de la voiture a convaincu le constructeur de donner une suite à cette aventure, sous la forme de la E36 M3, apparue en 1992 et dont le six-cylindres 3 litres de 286 ch l'emmenait à 250 km/h. Trois ans plus tard, le groupe Munichois décide de présenter une série limitée réservée exclusivement à l'Europe. Par rapport à la M3 3.0, la M3 GT reçoit une teinte British Racing Green uniquement pour elle, 9 chevaux supplémentaires, des portes en aluminium, un aileron et une lame de spoiler, des jantes de 17 pouces en aluminium, ainsi que de nombreux inserts en carbone et un intérieur spécifique en alcantara et cuir vert. Avec 356 exemplaires seulement, nul doute que cette M3 GT est un collector unique.
L'exemplaire que nous présentons est une M3 GT d'origine Allemande, sortie d'usine le 12 Mai 1995 et vendue neuve le 1er Mars 1996 par le concessionnaire
BMW Märtin GmbH de Bötzingen, en Bade-Würtemberg, à la frontière de l'Alsace. L'auto est accompagnée de sa pochette en cuir contenant tous ses carnets d'origine, de sa trousse à outils complète ainsi que de son double de clés. Elle est équipée du toit ouvrant, de la climatisation, des sièges chauffants, d'un ordinateur de bord et d'un système hi-fi. Le livret d'entretien renferme plusieurs tampons et est accompagné d'un dossier de factures qui attestent d'une maintenance soutenue depuis 2007. Plusieurs contrôles techniques permettent aussi de certifier le kilométrage. Cette voiture a bénéficié en 2016 de travaux de révision chez le garage BMW 6ème Avenue à Lyon, comme l'indiquent plusieurs factures, pour un montant total de plus de 4 000. Cette superbe auto affiche aujourd'hui un kilométrage d'un peu moins de 177 000 km, soit tout à fait raisonnable pour une voiture de cette qualité. Sa peinture
British Racing Green a été refaite récemment et montre un aspect général plus que satisfaisant. Les pneus sont également en excellent état. Extrêmement rare dans cette version GT, la M3 E36 est l'une des youngtimers les plus performantes et les plus en vogue actuellement sur le marché. Celle-ci, en plus de ses performances élevées, ajoute un supplément d'exclusivité à ne pas laisser passer
The appearance in 1986 of the «M» of BMW Motorsport on the BMW E30 was a real bombshell. The 200 bhp of this new version, badged M3, gave it a level of performance which left all its rivals lagging way behind. The success of this car convinced the manufacturer to pursue the venture, in the guise of the E36 M3, brought out in 1992, whose 3 litre, six cylinder engine, with an output of 286 bhp, gave it a top speed of 250 kph. Three years later the Munich based group decided to offer a limited series exclusively reserved for the European market. The M3 GT's specific features differentiating it from the basic M3 3.0: an exclusive tone of British
Racing Green, 9 extra horsepower, aluminium doors, bootlid spoiler, deeper front air-dam, profiled side-skirts, 17 inch alloy wheels, numerous carbon inserts, exclusive interior in alcantara and green leather. With only 356 cars built, the M3 GT undoubtedly has rarety and collectable status.
The car in our sale left the factory on May 12th 1995 and was first sold on March 1st 1996 by the BMW concessionnaire Märtin GmbH in Bötzingen, Bade-Würtemberg, near the frontier with Alsace. She is offered with her full set of tools, spare keys and the leather wallet containing all the original handbooks and service schedule.
Equipment includes a sunroof, air conditioning, heated seats, onboard computer and hifi system. The service record has several maintenance stamps and a file of invoices shows regular servicing since 2007. Several official vehicle safety tests provide proof of the correctness of the odometer reading, 177 000 km, which is very reasonable for a car of such quality. A major service was carried out in 2016 by the BMW garage in the 6th Avenue in Lyon at a cost of over 4 000 (invoices supplied). A British Racing Green respray was applied recently and the overal appearance is more than satisfactory. The tyres are also in excellent condition. The GT version of the M3 E36 is extremely rare and is one of the highest performing and most sought after cars of its generation. This exclusivity, allied to the exceptional performance, makes this a chance not to be missed.

BMW M3 GT E36 BMW M3 GT E36 BMW M3 GT E36

18-03-2017 Bought In Aguttes

Une Ferrari « familiale »
Un équipement pléthorique et un pack HGTS Livrée séduisante et en excellent état
A “family” Ferrari
A wealth of equipment and the HGTS pack
Attractive colour combination and excellent condition
Carte grise allemande - COC fourni
Châssis: ZFFAY54B000143698
Moteur/Engine: 12 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 5748 cc
Présentée au salon de Détroit 2004 la Ferrari 612 Scaglietti succède à la 456 et s'inscrit parfaitement dans la lignée des Ferrari de Grand Tourisme, toujours équipées des mécaniques les plus fabuleuses et dotées de lignes exceptionnelles, depuis l'instigatrice de cette dynastie de coupés 2+2 chez Ferrari en 1948 avec la 166 Inter. De plus, la 612 Scaglietti rend hommage à l'un des plus célèbres carrossiers ayant oeuvré pour Ferrari et qui est sans doute à l'origine de son plus grand chef d'oeuvre qu'est la 250 GTO. La 612 est une splendide GT, qui bénéficie du moteur de la 575M, berlinette à moteur avant iconique du moment, avec circuit d'admission d'air et d'échappement revus, de 5748 cc, d'où elle tire d'ailleurs son nom, et développant 540 chevaux à 7250 tours/min ! Le tout associé à une structure entièrement en aluminium et à une suspension active, lui procurant une efficacité redoutable et une facilité de conduite surprenante.
La voiture présentée est une 612 Scaglietti délivrée neuve en Allemagne fin 2005 et mise en service pour la 1ère fois le 29 Juin 2006. Arborant une belle robe noire associée à un magnifique intérieur en full cuir tan, perforé « Daytona » pour ce qui est des sièges et tout en cuir étendu sur le reste de l'habitacle, la voiture est en outre agrémentée de jantes BBS 19 pouces et d'étriers de frein rouges, ainsi que d'écussons d'aile émaillés et de compteurs jaunes, le tout du plus bel effet. Notre exemplaire, ainsi très séduisant présente de plus l'intérêt d'être très bien équipé, puisque disposant à la fois du grand
GPS, de la caméra de recul, des radars de parking arrières et d'une interface multimedia. La voiture dispose pour finir d'échappements inox Tubistyle distillant une sonorité envoutante et de la suspension sport pilotée avec module sport déconnectable. Livrée avec sa trousse à outils, son compresseur et tous ses carnets d'origine, notre 612 est à jour d'entretien comme en atteste son carnet de service. En effet, la voiture qui a toujours bénéficié d'un entretien du réseau officiel a fait l'objet d'une révision annuelle en septembre 2016 après un important service en juin 2014 à 56869 km pour un montant total de près de 15 000, incluant notamment le remplacement de la courroie de distribution.
Cette très élégante 612 Scaglietti, de surcroît en finition HGTS, est une formidable occasion de s'offrir une GT à la fois luxueuse, sportive et utilisable en famille immédiatement, tout en profitant de tous les atouts de la marque au cheval cabré.
The Ferrari 612 Scaglietti, unveiled at the 2004 Detroit Motor Show, succeeded the 456 and legitimately took its place in the long line of Gran Turismo models, all with the most fabulous mechanical components and outstanding designs, since the 166 Inter had instigated this dynasty of 2+2 coupés in 1948. The Scaglietti pays hommage to one of the most famous coachbuilders to have worked for Ferrari and whose creation, the 250 GTO, is most probably the greatest masterpiece to bear the prancing horse. The 612 is a splendid GT, which uses the same 5748 cc engine as the 575M, the most iconic of the front engined berlinettas of its generation. With reworked air intake circuits and exhaust system, the unit produces 540 bhp at 7250 revs. The light and rigid all-aluminium structure and active suspension give the car formidable efficiency and make it surprisingly easy to drive.
This 612 Scaglietti was delivered in Germany in late 2005 and first registered on the road on June 29th 2006. Beautiful black paintwork is complemented by an interior in tan leather, perforated on the “Daytona” seats and covering most of the other surfaces of the cabin. She has 19 inch BBS wheels, red brake calipers, enamelled wing badges and yellow faced dash instruments, all of which create an impressive effect. This car is not only handsone but also very well equipped, having largescreen
Sat-Nav, reversing camera, parking aid radar, multimedia interface and active sports suspension with disconnectable driving aids. The Tubistyle stainless steel exhaust system has a pleasing sonority. The maintenance is up to date, as is shown in the service book. The vehicle has always been looked after by official service agents and had an annual check in September 2016, after a major service, costing nearly 15 000, in June 2014, at 56 869 km, including the replacement of the timing belt. The tool kit is complete and all original handbooks and documents are present. This very elegant 612 Scaglietti, enhanced by its optional HGTS pack, offers a wonderful opportunity to own a GT, which is luxurious, sporting and able to accommodate the family, as well as conferring all the advantages associated with the prancing horse.

FERRARI 612 SCAGLIETTI PACK HGTE FERRARI 612 SCAGLIETTI PACK HGTE FERRARI 612 SCAGLIETTI PACK HGTE

18-03-2017 Sold Aguttes