Results: 231

Première main
Historique limpide
Véhicule révisé à l'estimation attractive
Only one owner
A detailed history
Vehicle with an attractive estimate
Carte grise française
Châssis: ZFFAA17B000082143
Moteur/Engine: 12 cylindres en V à 180°
Cylindrée/Capacity: 4 942 cc - 390 ch
La Ferrari Testarossa tire son nom des fameuses voitures de compétition aux glorieuses victoires et à leurs moteurs, dont les culasses étaient peintes en rouge, leur conférant le nom de « Testa Rossa ». Dans la lignée de la 512 BB, la Testarossa était une déclinaison encore plus aboutie du thème berlinette à moteur central inauguré par Ferrari avec la 365 GT4 BB. Sous une carrosserie signée Pininfarina, elle reprenait le moteur 12-cylindres à plat surmontant la boîte de vitesse de ses devancières, certaines améliorations (comme des culasses à quatre soupapes par cylindre) permettant de faire passer la puissance à 390 ch. Accélérant de 0 à 100 km/h en 5,3 s, elle atteignait 290 km/h en pointe, valeur réservée en 1984 à quelques rares bolides exotiques comme son éternelle rivale, la Lamborghini Diablo. Ses qualités exceptionnelles lui ont permis de remporter un succès commercial retentissant, avec une diffusion de plus de 7 000 exemplaires. La Testarossa est aujourd'hui considéré comme un des mythes des années 1980. Longtemps négligée par les collectionneurs, la
Testarossa est en passe de retrouver la place qui lui revient, au panthéon des plus impressionnantes berlinettes sorties de Maranello.
Mise en circulation le 21 Août 1989, cette Ferrari Testarossa a été délivrée neuve par les établissements Charles Pozzi de Levallois-Perret le 25 Juillet 1989. La livrée est l'indémodable rouge « Rosso Corsa » marié à un intérieur en cuir noir et moquettes noires d'une grande sobriété. Fait rare, cette Testarossa présente l'immense privilège d'être une première main. Le dossier qui l'accompagne est tout simplement stupéfiant et permet de retracer l'histoire de cette voiture depuis sa livraison. Il est composé de tous les carnets originaux, du barré rouge d'origine, de la notice et garantie de l'autoradio Pioneer, de plusieurs contrôles techniques, ainsi que de toutes les factures depuis Août 1989, date de sortie, jusqu'en Mars 2000. Depuis cette date, l'auto qui est restée dans les mêmes mains n'a parcouru qu'à peine plus de 2000 kilomètres.
Le véhicule vient d'être révisé au sein des ateliers Ferrari Gauduel de Lyon en
Février 2017, avec une importante révision incluant notamment le remplacement des courroies de distribution. Sur le plan cosmétique, cette voiture se présente dans un très bon état général, tant intérieur qu'extérieur. La peinture d'origine dégage encore un bel éclat et l'intérieur une agréable patine, si ce n'est le couvercle de boîte à gants. Totalisant aujourd'hui 81 630 km certifiés, cette auto est très attrayante. Elle dispose par ailleurs de sa housse et de son double de clé. Il s'agit certainement de la Testarossa la plus intéressante sur le marché, avec un dossier limpide et complet, un très bon état de conservation, et enfin une révision lui permettant d'en profiter immédiatement. Osez faire de votre rêve une réalité !
The Ferrari Testarossa takes its name from the famous competition cars with their glorious victories and their engines, whose cylinder heads were painted red, giving them the name “Testa Rossa”. Following the 512 BB, the Testarossa was an even more refined version of the mid-engine berlinette design, which Ferrari first started in its 365 GT4 BB. Under a Pininfarina designed body, it has a flat-12 engine, and building upon the transmission of its predecessors, certain improvements (such as four-valve cylinder heads) helped it to reach 390 horsepower. Accelerating from 0 to 100 km per hour (0 to 60 mph) in 5.3 seconds, it tops out at 290 km per hour (180 mph), a quality in 1984 that only a few exotic sports cars possessed, such as its eternal rival, the Lamborghini Diablo. Its exceptional qualities brought it resounding commercial success with a production of more than 7,000 cars. Today the
Testarossa is considered to be one of the legends of the 1980s. It was ignored by collectors for a long time, but now it is ready to retake its rightful place in the pantheon of the most impressive berlinettes to come out of Maranello.
Put into circulation on August 21, 1989, this Ferrari Testarossa was delivered new to the Charles Pozzi dealership of Levallois-Perret on July 25, 1989. The car wears the timeless “Rossa Corsa” red, combined with a black leather interior with black floor carpets. A rare item, this Testarossa has the unique feature of having only one owner. The car's accompanying papers are quite simply astounding as they retrace the history of this car since its factory delivery. The car's document folder has all the original papers, original specifications sheet, the Pioneer car stereo warranty and manual, several technical inspection documents, as well as all the service invoices since August 1989, the date of its factory delivery, up to March 2000. Since that date, the car, which has remained in the same hands, has only been driven a bit more than 2,000 km (1,242 miles). The vehicle has just been serviced at the Ferrari
Gauduel garage in Lyon in February 2017, where it received a major overhaul that included the replacement of the distribution belts. Cosmetically, this car is in great overall condition, inside and out. The original paintwork still has its lustre and the interior has a pleasant sheen to it, except for the glove box lid. Today the odometer on this very attractive automobile has a certified reading of 81,630 km (50,722 miles). It also has its cover and spare key. It is certainly the most interesting
Testarossa on the market, with its comprehensive and transparent documentation, its excellent conserved condition, and a recent overhaul that has the car ready to perform. Dare to make your dream a reality!
FERRARI TESTAROSSA FERRARI TESTAROSSA FERRARI TESTAROSSA

18-03-2017 Sold Aguttes

Patine séduisante, look très seventies historique intéressant, carnets, factures équipée du moteur 2L S à injection mécanique, type 901/10
Attractive patina, seventies look
Interesting history, manuals, documents, invoices 901/10 2L S mechanical injection engine
Carte grise française
Châssis: 119100214
Moteur/Engine: 4 cylindres en ligne - Aluminium
Cylindrée/Capacity: 1 962 cc - 124 ch
Apparu au salon de l'automobile de Francfort 1963, le concept de la Porsche 911 alors appelé 901, fruit de l'imagination de « Butzi » Porsche, le fils de
Ferry Porsche, est commercialisé dès 1964. La première version de ce coupé 2+2 à la ligne de toit fuyante si caractéristique dispose d'un moteur inédit de six-cylindres à plat de 2 litres de cylindrée développant 130 chevaux. Ce n'est que 2 ans plus tard, au salon de Paris 1966 qu'est présentée la 911 S, version vraiment sportive de la 911 avec son moteur en alu de 2 litres porté à 160 chevaux et ses célèbres jantes Fuchs. Mais en 1967, c'est toute une gamme qui est déclinée avec la « T », la « 2L » et la « S »qui ont le même moteur Flat 6 de 2 litres de cylindrée mais avec des puissances différentes. La 911 T développant 110 chevaux apparaît alors comme entrée de gamme afin d'être plus accessible aux néophytes. C'est d'ailleurs pour améliorer la tenue de route, jusqu'ici jugée parfois trop pointue, qu'en 1968 la marque augmente l'empattement de la 911 de 5.8 cm, permettant une facilité de conduite accrue. La même année, la 911 2L deviendra aussi la 911 E du fait de l'adoption de l'injection. A partir de là, la gamme 911 avec ses déclinaisons T, E et S évoluera en fonction des augmentations de cylindrée successives, mais la T sera la seule à conserver son moteur en fonte « classique » et ses deux carburateurs Zenith à triple corps, faisant ainsi l'éloge de la simplicité.
La 911 2 litres proposée est une version T, châssis long, de 1969, en boîte mécanique 5 vitesses, d'origine américaine, qui se présente dans une livrée très seventies Tangerine avec intérieur en simili noir et moquettes rouges. La voiture est équipée de ses incontournables jantes Fuchs, de feux longueportée additionnels et de feux antibrouillard, lui conférant ainsi un look plus affirmé. Cette belle 911 2L T s'offre à nous dans un état d'origine de plus en plus rare. En effet, elle n'a jamais été restaurée et son jus, avec toutes ses petites imperfections, est absolument inimitable. Ceci s'explique par un historique limpide, puisque délivrée neuve en Californie, elle y reste dans les mêmes mains jusqu'en 1996, année de son importation en France, où elle est revendue plusieurs fois, notamment aux enchères par l'intermédiaire de l'étude Poulain- Le Fur en 2000, avant que son propriétaire actuel n'en fasse l'acquisition en 2010. En plus de la traçabilité compète de son histoire depuis sa livraison, l'auto dispose, chose tout à fait exceptionnelle, de son carnet d'entretien original et d'un très important dossier de factures, qui attestent de son suivi régulier tout au long de sa vie.
Aujourd'hui, la voiture fonctionne bien mais du fait d'une faible utilisation ces dernières années, une révision sera nécessaire pour prendre la route en toute quiétude sur de longues distances. Il conviendrait également de traiter la corrosion de surface sur les bas de caisse autour des baguettes chromées et un point sur la baie de pare-brise, mais le véhicule est globalement sain.
Pour le reste, les petits défauts participent incontestablement à son charme et devraient selon nous rester en l'état. Quoi qu'il en soit, cette sympathique voiture, dont le compteur en miles a été remplacé pour un compteur en kilomètres affichant désormais un peu plus de 78 000 km, fonctionne bien et ne demande qu'à rouler. Son moteur a d'ailleurs été remplacé par un moteur de 2L S après son arrivée en France pour plus de vitalité. Cette belle 911 T dispose en outre de la climatisation, de ceinture de sécurité et de son autoradio Blaupunkt pour en profiter plus agréablement. Elle a aussi conservé sa trousse à outils et son kit de signalisation d'origine qui seront livrés avec l'auto, en plus des manuels de bord et de radio. Sachez donc saisir l'opportunité d'acquérir une version utilisable d'un mythe automobile.
Making its debut appearance at the 1963 Frankfurt Motor Show, the Porsche 911, then called the 901, designed by “Butzi” Porsche, son of Ferry Porsche, has been on the market since 1964. The first version of this 2+2 coup with its characteristic sweeping roofline had an original two-litre flat-six engine generating 130 horsepower.
Just 2 years later at the Paris Motor Show in 1966, the 911 S version was presented. This was a sportier version of the 911 with its aluminium 2-litre engine, producing up to 160 horsepower and featuring its famous Fuchs rims. However, in 1967, a whole range was born, introducing the “T”, the “2L” and the “S”, which have the same two-litre flat-six engine, but with different powers. The 911 T, generating 110 horsepower, was presented as an entry point into the range, making it more accessible for novices. It was in 1968 when the brand increased the length of the wheelbase of the 911 by 5.8cm to improve roadholding, which was up until now sometimes judged to be too tapered, making for an enhanced driving experience. The same year, the 911 2L became the 911 E through the adoption of fuel injection. From then, the 911 range and its T, E and S versions evolved with successive increases in engine size, however the T was the only one to retain its “classic” cast iron engine and its two triple-bodied Zenith carbs, making it highly acclaimed for its simplicity.
This 2-litre 911 is a T version with a long chassis from 1969 and a five-speed manual gearbox of American origin, which is presented in a seventies-style Tangerine design, with leather interior and red carpet. The car is equipped with its staple Fuchs rims, with additional long-range lights and fog lights, giving it a more refined look. This beautiful 911 2L T is still in its original state, which is becoming increasingly rare. It has actually never been restored, and its condition, with all its little imperfections, is absolutely incomparable. This is the result of a clear history, the vehicle being delivered new in California, and remaining in the same hands until 1996, the year in which it was imported to France where it was resold several times, notably at the Poulain Le Fur auction in 2000, before its current owner obtained it in 2010. As well as its transparent history, tracing all the way back to its delivery, the car still has its original service manual and, importantly, a booklet of invoices, which proves that it has received regular care and maintenance throughout its life-cycle.
Today, the car works well, but as it has been used rarely over the last years, will need to be serviced to ensure that it is safe for long distance journeys. There is also corrosion to the surface on the lower body frame around the chrome bars and at one point on the windscreen frame, which will need to be treated, but overall the vehicle is in good condition. The other small defects undoubtedly contribute to its charm and should, in our opinion, remain as they are. In any event, this lovely car, whose speedometer in miles has been replaced with one in kilometres, displaying just over 78,000 km, works well and just wants to be driven.
Its engine was replaced by a 2-litre S engine when it arrived in France for greater power. This beautiful 911 T also has air conditioning, seat belts and a Blaupunkt radio to make it even more enjoyable to drive. It also still has its toolkit and original signalling kit, which will be delivered with the car, as well as a handbook and radio manual. Take this opportunity to get your hands on a completely useable version of a legendary car.

PORSCHE 911 T 2.0 PORSCHE 911 T 2.0 PORSCHE 911 T 2.0

18-03-2017 Bought In Aguttes

Un modèle toujours très prisé des amateurs
Très bel état général pour un prix attractif
L'un des plus beaux dessins de Pininfarina
A model much loved by enthusiasts
Excellent general condition at an attractive price
One of the most beautiful Pininfarina designs
Carte grise française
Châssis: ZFFXA20A3G0061001
Moteur/Engine: 8 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 3 185 cc - 270 ch
Au salon de Francfort en 1985, la 328 vient remplacer la 308 dans la gamme des berlinettes à moteur central arrière. L'esthétique de la 328 est totalement revue avec des pare-chocs plus harmonieux et mieux intégrés que ceux de la Ferrari 308. L'habitacle est modernisé avec la sellerie en cuir redessinée et de meilleure facture. Son V8 développe 270 chevaux et distille des vocalises, d'autant plus impressionnantes que son pilote peut en profiter cheveux au vent.
La Ferrari se comporte particulièrement bien sur la route et est aujourd'hui très prisée des collectionneurs pour son tempérament sportif et son absence d'aide à la conduite. 6068 exemplaires de 328 GTS sortirent des chaînes de Maranello.
Ce modèle emblématique a vu sa cote s'envoler ces dernières années et la demande pour les 328 est toujours restée forte, en raison de la ligne et de ses indéniables qualités routières.
Notre exemplaire est une version GTS construite en 1986, livrée neuve en
Amérique. Sa présentation est l'indémodable « Rosso corsa » associée à un intérieur en cuir noir et moquettes noires.
D'après nos recherches, l'auto a été entretenue dans le réseau Ferrari Nord-
Amérique jusqu'en 1988. La voiture apparaît ensuite à la concession Zénith de Sion en Suisse où elle est vendue à un genevois qui la fera entretenir par le garage Ferrari Zenith de Lausanne, avant de la céder à l'actuel possesseur en octobre 2014. La voiture est accompagné de son duplicata du carnet d'entretien, vraisemblablement délivré par Ferrari lors de l'arrivée de cette 328 en Suisse, qui à ce moment-là ne totalisait selon ce document que 12 000 miles. La base de données Ferrari fait mention du remplacement de la pompe à essence en 2009 et du changement du câble d'embrayage en 2010.
De plus, notre Ferrari a fait l'objet de plusieurs frais récents. En septembre 2015 à 49967 km un très important entretien a été dispensé par un garage spécialisé, avec dépose complète de la mécanique pour remplacement de tous les joints spi, de la courroie de distribution, des galets, de la pompe à eau et dépose de tous les triangles de suspension pour remplacement des silentblocs, le tout pour un total de près de 11800. En outre, des travaux portant sur l'allumage ainsi qu'une vidange, pour un montant de plus de 1 700 ont aussi été réalisés entre novembre 2014 et novembre 2016. Bien entretenue la voiture est donc prête à rouler. Notre belle 328 GTS est en excellent état général et ne totalise qu'un peu plus de 50 000 kilomètres. Cet exemplaire, avec son toit targa en bon état, ses écussons d'aile, disposant d'un autoradio Becker et vendue avec sa trousse à outils est ainsi intéressante à plus d'un titre. Cette 328 est une excellente occasion d'acquérir un modèle de l'une des Ferrari V8 à moteur central les plus désirées, d'une rare beauté, à un prix attractif, et qui plus est en superbe état et en version découvrable pour en profiter pleinement.
At the 1985 Frankfort Auto Show, the 328 came to replace to 308 in Ferrari's range of rear mid-engine berlinettes. The design of the 328 was completely reworked with more harmonious bumpers that were integrated in the body better than those on the Ferrari 308. The cabin was modernised with redesigned, improved leather seat upholstery. Its V8 produces 270 horsepower as well as an engine rumble that is so impressive that the driver can enjoy cruising with the window down and the wind in his hair. The Ferrari handles particularly well on the road and is today highly revered among enthusiasts for its sporty performance and its ease of use. 6,068 units of this car came out of the Maranello factories. This emblematic model has seen its popularity increase in recent years and the demand for 328s is still high, due to its styling and undeniable driving performance.
Our model is a GTS version built in 1986 and delivered brand new to the U.S. Its body style is the timeless “Rossa Corsa” that comes with black leather interior and black carpets. Our research found that the car remained within the network of North American Ferrari dealers until 1988. The car then appeared at the Zénith dealership in Sion, Switzerland where it was sold to the owner who kept it before selling it to the current owner on October 2014. Our Ferrari has been serviced many times lately, with oil changes and ignition maintenance performed to the amount of 1,700 euros. The Ferrari database mentions that the fuel pump was replaced in 2009 and the clutch cable was replaced in 2010. The timing belts were also replaced in 2016, making the car ready to roll. In excellent general condition and having no more than 50,000 km (31,000 miles) on its odometer, this car is interesting for a host of reasons. It is equipped with Ferrari emblems and comes with its toolkit and its Blaupunkt radio. Our car is an excellent opportunity to acquire a model of rare beauty

FERRARI 328 GTS FERRARI 328 GTS FERRARI 328 GTS

18-03-2017 Sold Aguttes

La 911 « Classic » la plus désirable et recherchée
Une voiture à l'historique intéressant et dans un état très séduisant
Un exemplaire « full matching »
The most desirable and sought after “classic” 911
Interesting history and attractive condition
Full matching
Carte Grise Italienne/Attestation FFVE/COC fourni
Châssis: 9112310456
Moteur/Engine: Six cylindres à plat,
Cylindrée/Capacity: 2 341 cc - 190 ch
Présentée en 1963 au salon de l'automobile de Francfort, la commercialisation de la 911 débute en 1964. La première version de ce qui deviendra un mythe automobile dispose alors d'un moteur 6 cylindres de 2L développant 130 ch.
Dès 1966 Porsche sort la déclinaison S forte de 160 ch et équipée pour la 1ère fois de jantes Fuchs en alliage léger. La version Targa arrivera à la fin de la même année 1966. D'autres évolutions suivront, avec notamment le passage à l'injection en 1969 et l'adoption d'une cylindrée de 2.2L en 1970, laquelle mécanique sera elle-même réalésée en 1972 pour proposer une cylindrée de 2.4L, qui sera déclinée en version T, E et S, développant respectivement 130, 165 et 190 ch. La 911 2.4L S culminant donc à l'époque en haut de la gamme avec ses performances de premier plan. Pour cette raison, les exemplaires en 2,4L sont probablement les plus recherchés des 911 classiques, et plus particulière en version S.
La Porsche présentée est une 911 2.4 L S en version découvrable Targa d'origine italienne. Il s'agit d'un véhicule du millésime 1972 sorti d'usine avec la fameuse trappe à huile, avant que la marque ne modifie ce système qui s'est révélé pratique mais parfois piégeur pour les pompistes ! L'aile arrière droite de notre exemplaire a d'ailleurs été remplacée pour remédier à ce problème.
Repeinte il y a quelques années déjà, cette voiture est dans une superbe livrée bleu Albert associé à un intérieur en simili cuir beige avec moquettes assorties, et se présente ainsi dans sa configuration couleurs d'origine. Notre 911 2.4L S Targa a fait l'objet d'une restauration poussée dans les meilleurs ateliers de la région lyonnaise ces dernières années et se trouve aujourd'hui en excellent état. De plus, chose rare, notre véhicule est toujours équipé de son moteur d'origine, associé à une boite manuelle 5 vitesses qui était une option de l'époque. Outre ses jantes Fuchs, ses grilles d'aérations de teinte noir mat, son déflecteur de capot avant et ses ailes arrière larges, caractéristiques de la version
S, notre modèle dispose d'options bien appréciables comme les appuistête et le pare-brise arrière chauffant. Notre voiture a manifestement toujours bénéficié d'un entretien soigné, qui s'explique probablement par son historique clair puisque selon la carte de circulation italienne, notre 911 n'a connu qu'un seul propriétaire ces 25 dernières années, le dernier l'ayant conservée depuis 1992. En somme, notre magnifique Porsche 911 classique s'offre à vous dans sa meilleure déclinaison et dans une très belle combinaison en plus d'être « full matching » et d'avoir un historique stable. Dès lors, il s'agit d'un exemplaire qui a tous les arguments pour devenir un véritable collector d'une voiture légendaire, d'autant plus à l'estimation attractive à laquelle elle vous est proposée.
Making its debut appearance at the 1963 Frankfurt Motor Show, the 911 came onto the market in 1964. The first version, which became a legendary model in the automobile world, had a two-litre flat-six engine, generating 130 horsepower.
In 1966, Porsche released the strong 160 horsepower S version, equipped with
Fucsh rims, for the first time in a lightweight alloy. The Targa version arrived at the end of the same year. Other developments followed, notably the adoption of fuel injection in 1969 and the adoption of a 2.2-litre engine in 1970 and a 2.4-litre engine in 1972, which was used for the T, E and S versions, producing 130, 165 and 190 horsepower respectively. The 911 2.4L S was the culminating point of the range in this period, due to its top-quality performance. For this reason, the 2.4L models are probably the most sought after of all the 911 classics, particularly the S version.
This Porsche is a 911 2.4 L S in the original Italian convertible Targa style. It is a vehicle from the 1972 model year, released from the factory with the famous oil filler hatch, before the brand modified this system that proved to be practical, but sometimes fiddly for the petrol pump attendants! The right rear wing on our version has therefore been replaced to rectify this problem. Repainted several years ago, this car comes in its original colours, boasting a superb Albert blue, with a beige leather interior and matching carpet. Our 911 2.4L S Targa has been restored in the best workshops in Lyon over the last few years and is now in excellent condition.
Also, our vehicle is still equipped with its original engine, which is extremely rare, complete with five-speed manual transmission, which was available at the time. In addition to its Fuchs rims, matte black air vents, front bumper and wide rear wings, characteristic of the S version, our model has other highly desirable features, such as head rests and a rear heated windscreen. Our car has evidently always benefited from careful maintenance, which, thanks to its clear history, we can assume is because since arriving in Italy, it has only had one single owner over the last 25 years, the last one owning it since 1992. Overall, our magnificent classic Porsche 911 is the very best version, boasting a beautiful design, as well as being full matching with a stable history. This is a vehicle that ticks all the boxes, allowing you to become the genuine owner of a collectable legendary car with an attractive price tag.

PORSCHE 911 S 2.4 TARGA PORSCHE 911 S 2.4 TARGA PORSCHE 911 S 2.4 TARGA

18-03-2017 Bought In Aguttes

Icône des rallyes
Bel état d'origine
Parfaitement entretenue
Iconic rally car
Rare original condition
Perfectly maintained
Carte grise française
Chassis: 17379
Moteur/Engine: 4 cylindres en ligne
Cylindrée/Capacity: 1565 cc - 125 ch
Il s'agit incontestablement de l'une des plus charismatiques voitures de sport françaises jamais produites. Un fabuleux héritage que l'on doit à Jean Rédelé qui entamait sa carrière au début des années 50 en développant une version compétition de la populaire Renault 4CV, victorieuse dans sa catégorie trois années d'affilée aux célèbres Mille Miglia. L'histoire était lancée et bientôt allait naître en 1955 la première berlinette d'une longue lignée: l'Alpine A106 qui cumulait elle-aussi les victoires en compétition.
En 1963 était lancée l'Alpine A110 qui ne tardait pas à devenir une arme redoutable sur le plan national en rallye et course de côte. Puis à partir de 1969, l'A110 S s'illustrait dans des épreuves encore plus prestigieuses, signant un triplé victorieux dans la Coupe des Alpes et se classant troisième au Rallye
Monte-Carlo. L'année suivante, Alpine montait de nouveau sur la troisième marche du podium du Monte-Carlo et remportait le rallye de l'Acropole et le
Tour de Corse. Au volant d'une Alpine A110 1600 S, le pilote Jean-Claude
Andruet devenait Champion d'Europe des rallyes en 1970. Poursuivant sur sa lancée et gagnant la majorité des épreuves en Europe, la Berlinette s'inscrit comme la voiture de rallye la plus performante en 1971. En 1973, après le rachat complet d'Alpine par Renault, la marque au losange décide de s'engager dans le nouveau championnat du monde des rallyes en tant que constructeur. Grâce à ses pilotes, Jean-Claude Andruet, Jean-Luc Thérier,
Bernard Darniche et Jean-Piette Nicolas, la Berlinette remporte six des treize épreuves inscrites au calendrier, faisant d'Alpine la première marque championne du monde des rallyes.
L'exemplaire présenté est une authentique 1600 S qui a été livrée neuve en
Italie après avoir quitté l'usine le 7 avril 1971. Il s'agit d'une voiture 100% d'origine, matching numbers, en excellent état général, ayant de surcroit bénéficié d'une révision générale chez Severi Auto Classic en juillet 2014 (plus de 6000 euros de factures jointes). Autrement dit, il s'agit d'une Alpine rarissime dans cette condition. Elle est accompagnée de sa carte grise française, de son contrôle technique, d'un certificat de conformité Renault, d'un certificat d'homologation ASI et d'une copie de l'article qui lui a été consacré dans le magazine Auto Capital de juillet 1991. Nul doute qu'avec la sortie prochaine de la nouvelle Alpine, l' A110 va devenir très recherchée.
Without a doubt this is one of the most charismatic French sports cars ever produced.
It has a wonderful heritage, owed to Jean Rédelé who launched his career at the beginning of the 1950s by developing a competition version of the popular
Renault 4CV, which won its class three years running at the famous Mille Miglia.
The story began then and soon in 1955 came the birth of the first berinette of a long lineage: the Alpine A106, which also collected many victories in competition.
In 1963 the Alpine 110 came out, which did not take long to become a powerful weapon on national rally and hill climbing circuits. Then starting in 1969, the A110
S made even more prestigious showings by winning a triple victory in the Coupe des Alpes and was ranked third in the Monte-Carlo Rally. The following year, Alpine made it again to third place on the podium at Monte-Carlo and won the Acropolis
Rally and the Tour de Corse. Behind the wheel of an Alpine 1110 1600 S, Jean-
Claude Andruet became European Rally Champion in 1970. Continuing on this upward path and winning the majority of the contests in Europe, the Berlinette was known as the most successful rally car in 1971. In 1973, after Alpine was bought out by Renault, the diamond brand decided to enter into the new rally world championship for designers. Thanks to the drivers, Jean-Claude Andruet,
Jean-Luc Thérier, Bernard Darniche and Jean-Piette Nicolas, the Berlinette won six out of thirteen competitions that year, making the Alpine the first rally world champion brand.
The model on offer is an authentic 1600 S that was delivered new to Italy after leaving the factory on April 7, 1971. The car is 100% original with matching numbers.
It's in excellent condition, having benefited furthermore from a general overhaul at
Severi Auto Classic garage in July 2014 (more than 6,000 euros worth of invoices included). To put it another way, this is one of the rarest examples of an Alpine in this condition. It comes with French car registration, its technical inspection, a Renault certificate of conformity, ASI Certification document and a copy of the article that was published about it in Auto Capital in July 1991. No doubt that with the coming arrival of the new Alpine AS110, the original A110 will be highly sought after, with the 1600 S clearly a first choice.

ALPINE A110 1600 SC ALPINE A110 1600 SC ALPINE A110 1600 SC

18-03-2017 Sold Aguttes

Moins de 20 000 km
Une 348 absolument complète et remarquablement préservée
Un pedigree de premier rang pour cette Ferrari
Less than 20 000 km
An absolutely complete and remarkably well preserved 348
A first-class pedigree for this Ferrari
Carte grise française
Châssis: ZFFKA35B000088630
Moteur/Engine: 8 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 3 405 cc - 300 ch
La Ferrari 348 est présentée en 1989 au salon de Francfort, un an après la mort d'Enzo Ferrari. Avec sa carrosserie dessinée par Pininfarina, elle fait le trait d'union entre la 328 qu'elle remplace, et la Testarossa dont elle s'inspire avec ses flancs percés de longues stries latérales et ses feux arrière recouverts par une grille. Cette berlinette est animée par un V8 3.4 litres développant 300 chevaux à injection Bosch implanté longitudinalement en position centrale arrière.
Le moteur est couplé à une boite de vitesse manuelle à 5 rapports précise et bien étagée, positionnée transversalement à l'arrière du V8. Cette configuration permet d'abaisser le centre de gravité et de réduire le porte à faux arrière. La 348 est également le premier modèle à bénéficier d'un châssis-coque en un seul morceau alors que précédemment les Ferrari profitaient d'un châssis tubulaire.
L'usine de Maranello produira 2894 exemplaires de la 348 TB. Elle sera remplacée par la 355 en 1995. La Ferrari 348 TB demeure une authentique voiture de sport à la sonorité envoutante oscillant entre des ronronnements graves et des hurlements métalliques. Une berlinette à la conduite virile qui vous procurera un plaisir rare et ce pour un prix tout à fait raisonnable.
Le modèle présenté à la vente est une Ferrari 348 TB en superbe état de conservation, achetée neuve en mai 1991 chez Charles Pozzi pour un client de la région Lyonnaise. Attrait majeur, il s'agit d'une troisième main avec seulement 19 950 kilomètres d'origine certifiés. Son deuxième propriétaire en fit l'acquisition en 1996 et la conserva jusqu'en Novembre 2015, date d'acquisition par l'actuel propriétaire qui n'a réalisé qu'à peine plus de 500 Km à son volant. L'éclat de sa peinture d'origine est superbement préservé et sa qualité de présentation est tout simplement exceptionnelle. Cette auto est présentée dans la classique mais éternelle livrée « Rosso Corsa » avec intérieur en cuir et moquettes noir. L'équipement de cette Ferrari ravira les amateurs les plus exigeants, l'auto étant accompagnée de sa trousse à outils, de son double de clés, de sa housse, ainsi que de sa pochette de manuels en cuir avec notice d'utilisation, garantie, mode d'emploi, et carnet d'entretien. La voiture a de plus été complètement révisée en Novembre 2015 chez le spécialiste Calderoni avec notamment remplacement des courroies de distribution. Cette auto, prête à prendre la route et dans un superbe état d'origine, est sans doute possible le plus bel exemplaire de 348 sur le marché. Ne laissez pas passez cette chance d'acquérir un modèle à l'état surprenant et à l'historique limpide qui n'a jamais quitté la région Lyonnaise.
The Ferrari 348 was unveiled at the Frankfurt Motor Show in 1989, a year after the death of Enzo Ferrari. With its body designed by Pininfarina, the 348 provides a link between the 328, the model it replaced, and the Testarossa, some of whose styling traits it had borrowed, notably the long strakes leading to the air intakes for the radiators in the flanks and the grill over the rear lights. This berlinetta has a 300 bhp, quad-cam, four-valve-per-cylinder, 3.4 litre V8 engine, with Bosch fuel injection, mounted longitudinally ahead of the rear axle line. Placed transversally behind the engine (hence the TB in the model name, for Trasversale Berlinetta) is a 5 speed manual gearbox, with precise change mechanism and well-spaced ratios. This novel configuration gives a lower centre of gravity and permits a shorter rear overhang. The 348 was also the first model to have a one-piece monocoque structure instead of the previously used tubular chassis. Before replacing the model with the Ferrari 355 in 1995, the Maranello factory turned out 2894 348 TBs. This authentic sports car has a captivating sonority with a range passing from a deepthroated rumble to a metallic scream. Responding to a manly driving style, it will give you exceptional sensations for a very reasonable price.
The car offered for sale in suberbly conserved condition was originally bought from Charles Pozzi in May 1991 for a client in the Lyon area. It has the major advantage of only having had three owners and the odometer reading of a mere 19 950 kilomètres from new is certified. The second owner bought it in 1996 and kept it until selling it on to the the present owner in November 2015. The latter has only covered a further 500 Km. The original paintwork in the classic colour “Rosso
Corsa” still gleams like new and all aspects of the car's appearance are simply outstanding, including the black leather upholstery and black carpets. The most demanding buyers will be delighted with the equipment of this vehicle, including full tool kit, spare set of keys, car cover and leather wallet, containing user's handbook, garantee, instruction manual and service records. Moreover, in November 2015 the specialist Calderoni carried out a major service, which included replacing the timing belts. This stunningly well preserved and totally original car simply has to be the best 348 TB on the market. Do not miss the chance to acquire a pristine car with a clear and complete history.

FERRARI 348 TB FERRARI 348 TB FERRARI 348 TB

18-03-2017 Sold Aguttes

Dernière Porsche refroidie par air
Historique limpide
Modèle en parfait état général
Last air-cooled Porsche
Detailed history
Model in perfect general condition
Carte grise française
Châssis: WP0ZZZ99ZTS371104
Moteur/Engine: 6 cylindres turbo compressé
Cylindrée/Capacity: 3600 cc - 408 ch
Quatrième génération de l'iconique 911, la version 993 a été présentée au public à la date symbolique du 9 novembre 1993. Dernière version de la 911 à posséder le moteur boxer dans sa configuration d'origine, c'est-à-dire avec un refroidissement à air, la 993 incarne pour de nombreux porschistes la dernière ‘'vraie'' 911. À cette époque, le succès de ce modèle était vital pour la marque de Stuttgart. Aussi la type 993 se distingue par son nombre élevé de déclinaisons. Présentée à l'occasion du Salon de Genève 1995, la version
Turbo revendique des performances très élevées grâce à son six cylindres turbo compressé de 3600 cm3 développant 408 chevaux.
La 993 Turbo n'a été produite qu'à 5 978 exemplaires (auxquels s'ajoutent 345
Turbo S1), ce qui en fait un modèle particulièrement recherché. Celle présentée ici a été livrée neuve par Porsche Leipzig et immatriculée le 25 septembre 1995 avant de rejoindre la France en 2001. Elle dispose de son carnet complet, du double des clés, de la copie de la fiche de livraison initiale ainsi que des factures d'entretien depuis juillet 2001. Son moteur a bénéficié d'une réfection totale par Porsche en juillet 2006 à 101 060 km, facture à l'appui. A l'issue d'une révision au sein du réseau de la marque, une durite d'huile mal resserrée avait lâché après 50 kilomètres parcourus. Cette Porsche emblématique arbore une magnifique robe gris polaire qui a bénéficié d'un voile complet de peinture il y a quelques années et ne présente aucune corrosion sur les endroits sensibles et connus de ce modèle. Ses options sont nombreuses: intérieur cuir intégral noir, siège avants chauffants, radio Becker CR-31, pack audio, toit ouvrant coulissant électrique, réservoir de 92 litres. Les optiques avant ont été changées afin d'être exempts de tout impact de gravillons. Jalousement conservée par ces cinq propriétaires successifs, cette Porsche affichant 128 850 km est en excellent état. Son acquéreur n'aura aucun frais à prévoir et ne manquera pas de succomber à la sonorité de son échappement Sport Techart. Cerise sur le gâteau, elle est présentée ici à une estimation défiant toute concurrence compte tenu de son état soigné et de tous les documents qui l'accompagnent.
The fourth generation of the iconic 911, the 993 version was first shown to the public on the symbolic date of November 9, 1993. As the last version of the 911 to have a boxer engine in its original configuration, meaning an air-cooled system, the 993 stands as the last “real” 911 for many Porsche enthusiasts. At the time, the success of this model was vital for the Stuttgart manufacturer. Also, the 993 is distinguished by the large variety of its versions. Presented at the 1995 Geneva
Auto Show, the Turbo version proved to perform at a high level, thanks to its turbocharged six-cylinder, 3,600 m3 engine, producing 408 horsepower.
Only 5,978 units of the 993 Turbo were built (to that total the 345 Turbo S1 can be added), making it a highly sought after model. The 993 offered here was delivered new by Porsche Leipzig and registered on September 25, 1995, before going to
France in 2001. It has complete history documentation, a spare key, a copy of the initial delivery document as well as service invoices dating from July 2001. Its engine was given a complete overhaul by Porsche (supporting invoice) in July 2006 at 101,060 km (62,795 miles) because, after its overhaul at the dealer garage, an oil hose that had been insufficiently reattached came loose after the car was driven 50 km (31 miles).
This emblematic Porsche has a magnificent polar grey paint job, which was redone completely several years ago, showing no corrosion in the sensitive areas of this model. It has numerous options: full black leather interior, left and right heated seats, leather back seats, Becker CR-31 stereo, electrical retractable roof, 3rd brake light, 92-litre (24-gallon) tank. The front lights were replaced so they would be free from gravel nicks and scratches. Pampered by five consecutive owners, this
Porsche with 128,850 km (80,064 miles) on its odometer is in excellent condition.
Its buyer will have no fees to pay for and, out on the road, he is sure to be won over by the throaty hum of its Techart Sport exhaust. The icing on the cake is that it's offered here at an estimate that beats all the competition when considering its pampered condition and all its accompanying documentation.

PORSCHE 993 TURBO PORSCHE 993 TURBO PORSCHE 993 TURBO

18-03-2017 Sold Aguttes

EX- TOYOTA TEAM EUROPE WORLD CHAMPION La Toyota Celica championne du monde des rallyes en 1992
L'un des rares exemplaires de Toyota Celica ex-TTE Une voiture restaurée et conduite par des grands noms du rallye
The Toyota Celica 1992 World Rally Champion
One of the few examples of the Toyota Celica to have belonged to the official team
A car driven by famous world champions and now authentically restored
Châssis: JT164STJ500014906
Moteur/Engine: Quatre cylindres en ligne turbo
Le Toyota Team Europe fut créé en 1975 par le pilote suédois Ove Andersson.
Il devient ainsi le premier préparateur privé d'une grande marque automobile participant au championnat du monde des rallyes, puisqu'il était chargé de la préparation et de l'engagement des voitures japonaises. La Toyota Celica
Turbo 4 WD ST 185 est introduite par le Toyota Team Europe en 1992 au Rallye de Monte Carlo. De 1992 à 1994, cette voiture permettra successivement à
Carlos Sainz, Juha Kankkunen et Didier Auriol de devenir champions du monde des rallyes.
49 exemplaires auraient été fabriqués pour la compétition entre 1992 et 1994.
La voiture que nous présentons à la vente est exceptionnelle de par son palmarès.
Selon un document provenant du Toyota Team Europe, elle fut enregistrée le 31 Août 1992 sous le numéro K-AM 3109. Cette auto a participé en 1992 au Rallye d'Australie avec à son volant Carlos Sainz qui terminera la course sur la troisième marche du podium. Elle a donc contribué au succès de son pilote et à l'obtention de son deuxième titre de champion du monde des rallyes.
Cette voiture a également participé en 1993 au 42ème rallye de Suède, elle avait alors à son volant Didier Auriol. L'issue de cette course fut cependant moins glorieuse puisque son équipage a été disqualifié pour « aide extérieure dans une zone interdite ». En effet dans la 23ème spéciale alors que son équipage se battait pour la victoire du rallye, une fuite d'huile contraignit Didier
Auriol à s'arrêter en pleine spéciale. Il fit alors le plein de lubrifiant grâce à un bidon fourni par un spectateur, ce qui fut reproché à l'équipage et lui valût sa disqualification.
Le Toyota Team Europe vendit la voiture en Suède le 26 mai 1993 à S.
Andreasson.
Cette Toyota est enregistrée en Norvège pour la première fois le 2 décembre 1996. Elle aurait appartenu à Henning Solberg, le frère de Peter Solberg avant d'être rachetée le 15 décembre 2005 par Even Moan qui a couru avec la voiture de 2005 à 2007 sur le sol norvégien.
Le propriétaire, investi dans le milieu de la compétition automobile, détient cette auto mythique depuis 2009 ainsi que l'atteste le certificat de cession. Il a procédé à une restauration totale de la voiture qui est aujourd'hui aux couleurs de Castrol, le principal sponsor du Toyota Team Europe en 1993. Elle se présente dans un excellent état esthétique et mécanique. La bonne marche du véhicule a été constatée lors d'un essai qui nous a donné une idée du potentiel routier d'une telle machine. Le dynamisme, les performances et le caractère de cette voiture nous ont immédiatement séduits. Par le rôle qu'elle a joué dans l'histoire du sport automobile, cette voiture est à la fois une légende, mais aussi l'opportunité de vous assoir dans le baquet autrefois utilisé par Carlos Sainz et Didier Auriol.
The Toyota Team Europe was created in 1975 by the Swedish driver Ove
Andersson. Toyota had entrusted him with the handling of its engagement in the
World Rally Championship. This was the first time in this championship that a private organisation had been contracted by a major car manufacturer to prepare its cars and provide operational management in the rallies. The Toyota Celica GT-Four
ST 185 was first used by Toyota Team Europe in 1992 in the Monte Carlo Rally.
From 1992 until 1994, this car enabled Carlos Sainz, Juha Kankkunen and Didier
Auriol to follow each other as World Rally Champion. 49 cars were produced for the competition during the same three years.
The car which we are offering has an exceptional competition record. According to a document produced by Toyota Team Europe, she was first registered on August 31st 1992 with the number K-AM 3109 before taking part in the Australian Rally that year with Carlos Sainz at the wheel and finishing third. She thus helped him to win his second title as World Rally Champion.
She also participated in 1993 in the 42nd Swedish Rally with Didier Auriol at the wheel. However the result was less glorious because her occupants were disqualified for “outside help in an unauthorized zone”. During the 23rd special stage, with the team in contention for overall victory, an oil leak obliged Didier Auriol to stop in the middle of the stage. He topped up the engine oil using a can provided by a spectator and was subsequently disqualified for this.
Toyota Team Europe sold the car in Sweden on May 26th 1993 to S. Andreasson and it was fi rst registered in Norway on December 2nd 1996. She subsequently belonged to Henning Solberg, the brother of Peter Solberg, before being bought on December 15th 2005 by Even Moan, who competed with the car in Norway from 2005 until 2007.
The current owner, heavily involved in the world of motorsport, has had this legendary car since 2009, as is shown by the sale document. He commissioned a total restoration and the car is now in the livery of Castrol, the main sponsor of Toyota
Team Europe in 1993. Both her cosmetic appearanc and her mechanical condition are excellent. Our road test confi rmed that everything functions as it should and gave us a glimpse of the potential of such a machine when driven on open roads.
We were immediately won over by the dynamics, the performance and the character of this car. Because of the role she has played in world rally history, she is a part of a major legend and you can fi nd yourself sitting in the bucket seat previously occupied by Carlos Sainz and Didier Auriol.

TOYOTA CELICA TURBO 4WD ST185 TOYOTA CELICA TURBO 4WD ST185 TOYOTA CELICA TURBO 4WD ST185

18-03-2017 Sold Aguttes

Modèle rare bénéficiant d'une restauration intégrale récente 500 exemplaires produits
Superbe combinaison de couleurs d'origine
Rare model given recent full overhaul 500 cars produced
Superb combination of original colours
Carte grise française
Châssis: F101AC10114733
Moteur/Engine: 12 cylindres en V Cylindrée/Capacity: 4390 cc - 320 ch
Modèle rare à la carrière courte qui fit la jonction entre la 365 GT 2+2 et la 365
GT4 2+2, la 365 GTC/4 fut dévoilée au Salon de Genève en 1971. Contemporaine de la vénérée Daytona, la 365 GTC/4 utilisait un châssis identique, ainsi que la version à carter humide du V12 à quatre arbres à cames en tête, de 4 390 cm3 avec une puissance légèrement inférieure (320 ch). Ce V12 est associé à une boîte à cinq rapports conventionnels en lieu et place de la transaxle de la Daytona. La culasse a été aménagée pour recevoir des carburateurs horizontaux et a ainsi permis au carrossier Pininfarina de réaliser une ligne de capot élégante et basse. ‘'Discrète, sobre et élégante dans son ensemble, avec des subtilités qui s'apprécient en la contemplant attentivement.
On pourrait dire qu'il s'agit d'une Ferrari dédiée à l'enthousiaste averti'', écrivait le magazine Road & Track. Dans l'ensemble plus civilisée et plus facile à conduire que la lourde Daytona, la rapide 365 GTC/4 recevait une direction assistée ZF, des freins servo-assistés de série, l'air conditionné en option et un intérieur particulièrement luxueux, équipé de sièges individuels rabattables à l'avant, ainsi que de sièges d'appoint à l'arrière. En dépit d'un raffinement accru, la 365 GTC/4 ne cédait rien à ses concurrentes en termes de performances, parcourant le 400 mètres départ arrêté en moins de 16 secondes avec une vitesse maximale de plus de 240 km/h. Quand le modèle fut arrêté, en octobre 1972, la production totalisait seulement 500 exemplaires. Ce qui en fait un modèle particulièrement désirable aujourd'hui.
Notre 365 GTC/4 a été livrée neuve en 1971 à Milan à un riche industriel italien qui en sera propriétaire jusque dans les années 1990. Elle est ensuite acquise par un collectionneur allemand qui décide en 2012 de la faire restaurer intégralement et d'en changer la teinte d'origine. Préférant le Amaranto bull lea au Nero d'origine, la voiture fut entièrement décapée. Au final, carrosserie, moteur, boite de vitesses, sellerie... seront refaits dans les ateliers de Rose
Meyer en Allemagne. Offerte flambant neuve à son épouse, cette 365 GTC/4 n'a parcouru depuis sa restauration que 2000 kilomètres pour atteindre les 82 000 km d'origine affichés aujourd'hui au compteur. Autrement dit, le moteur est encore en rodage... Cette rare et magnifique Ferrari est livrée avec son dossier de restauration complet (photographies et nombreuses factures). Montée sur ses magnifiques jantes Borrani, la voiture a récemment reçu de nouveaux freins et des amortisseurs neufs (entretien très couteux). Présentée à un prix réellement attractif, elle laisse la possibilité à son acquéreur de l'utiliser ainsi ou d'investir en carrosserie pour redonner à cette automobile majestueuse sa couleur d'origine.
A rare model with a short career that was the link between the 365 GT 2+2 and the 365 GT4 2+2, the 365 GTC/4 was unveiled at the 1971 Geneva Auto Show.
A contemporary of the venerated Daytona, it uses the same chassis and the wet sump version of the V12 with four overhead camshafts and a cubic capacity of 4,390 cm3, producing slightly less power (320 horsepower). It's connected to a conventional five-speed transmission instead of the transaxle found in the Daytona.
The cylinder was reworked to fit horizontal carburettors, which let Pininfarina design a body with an elegant, low hood. “Discreet, austere and elegant, with nuances that can be appreciated with given attentive contemplation. It could be said that it is a Ferrari made for the knowledgeable enthusiast,” Road & Track Magazine wrote.
On a whole more civilised and easier to drive that the heavy Daytona, the quick 365
GTC/4 was given ZF power steering and stock power-assisted brakes, optional air conditioning and a particularly luxurious interior equipped with individual foldable front seats and small rear seats. Despite a more refined design, the 365 GTC/4 left nothing to its competition in terms of performance, going 400 meters from a standstill in under 16 seconds and with a maximum speed of more than 240 km per hour (149 mph). When the model was discontinued in 1972, the production output totalled only 500 cars. That's what makes it particularly desirable today.
Our 365 GTC/4 was delivered new in 1971 to Milan to a rich Italian industrialist who was the owner until the 1990s. It was then bought by a German collector who decided in 2012 to have it completely overhauled and to change its original paint job. He then had it sanded down to the chassis before repainting, preferring the Amaranto bull lea to the original Nero colour. Lastly, the body, engine, gearbox, seat upholstery, etc. were restored in the garage of Rose Meyer in Germany. A brand-new gift for his spouse, this 365 GTC/4 has not been driven more than 2,000 km (1,242 miles) since its restoration, bringing the original mileage to 82,000 km (50,950 miles) as currently displayed on the odometer. You could say that the engine is still being broken in... This rare and magnificent Ferrari is delivered with its comprehensive restoration documentation (photos and numerous invoices).
Rolling on splendid Borrani rims, the car has more recently received new brakes and new shocks, an extremely expensive service. Offered at a truly attractive price, it leaves the possibility open to the buyer to drive it as is or invest in the body and return it to its majestic original colour.

FERRARI 365 GTC/4 FERRARI 365 GTC/4 FERRARI 365 GTC/4

18-03-2017 Bought In Aguttes

Un exemplaire très rare de la première génération de Corvette
Une véritable « barn find condition »
Le symbole de l'American Way of Life
A very rare example of the first generation of the Corvette
Car in true “barn find condition”
A symbol of the “American Way of Life”
Titre de circulation Américain/Attestation FFVE Certificat de dédouanement 846-A Châssis: E54S003802
Moteur/Engine: Six cylindres en ligne
Cylindrée/Capacity: 3 900 cc - 160 ch
Au début des années 1950, la marque Chevrolet présente l'un des modèles les plus emblématiques de la production américaine, la Corvette. Elle connaîtra une carrière exceptionnellement longue puisque nous en sommes aujourd'hui à la septième génération. La première, la C1, est à l'époque la première voiture de série munie d'une carrosserie en fibre de verre. La ligne très novatrice est directement reprise du concept-car EX-122 Roadster présenté en Janvier 1953 au Waldorf Astoria de New York. L'auto est alors motorisée par un six-cylindres en ligne Chevrolet de 3.9 litres accouplé à une boîte automatique General
Motors. Mécaniquement simple, la Corvette a proposé dès sa naissance un design avant-gardiste pour s'imposer avec le temps comme l'un des modèles les plus emblématiques du Nouveau Monde, et définitivement associé au rêve américain. Et comme dans toutes les grandes sagas, ce sont toujours les premières séries dont les collectionneurs sont les plus friands.
La Corvette que nous proposons est une très rare C1 de 1954, dont seuls 3 640 exemplaires furent assemblés cette année. Elle est équipée de ses phares grillagés, de son hard-top ainsi que de la radio. Cette attrayante auto est offerte à la vente dans un état du plus pur style « sortie de grange » et totalement à restaurer. Désormais dans une livrée jaune, la voiture était à l'origine de couleur « Pennant Blue ». En effet, la voiture est restée stockée pendant de très nombreuses années dans une grange Américaine jusqu'à son importation en
France en 2013, ce qui est tout à fait cohérent avec l'état du véhicule, tant du point de vue de la carrosserie, de l'intérieur et du châssis. La voiture a acquis une patine inimitable, elle est d'ailleurs globalement saine et se prêtera très bien à la restauration, la mécanique de ces modèles étant simple et la carrosserie en fibre de verre non sujette la corrosion. Cette belle auto, si caractéristique de l'esprit Américain des années 1950, est une occasion unique de s'approprier un des mythes de l'automobile. Elle sera vendue avec son titre de circulation américain, son certificat de dédouanement 846-A, ainsi que l'attestation FFVE.
Il ne tient qu'à vous de lui faire redécouvrir les routes qu'elle n'a plus connu depuis bien longtemps.
In the early1950s, Chevrolet introduced the Corvette, one of the most emblematic models in the entire range of American automobile production. The Corvette would enjoy an exceptionally long career as the model in production today is the seventh generation. The first generation, the C1, was at that time the first mass production car with a body made of glass fibre reinforced plastic. The highly innovative shape was directly derived from the EX-122 Roadster concept-car, which had been presented in January 1953 at the Waldorf Astoria hotel in New York. The engine was a
Chevrolet 3.9 litre, straight-six unit mated to a General Motors automatic gearbox.
Though mechanically simple, the Corvette was launched with a futuristic design which would over time give it the status of being one of the most emblematic models produced in the U.S.A., truly embodying the America dream. As with all successful and charismatic models, enthusiasts always favour the first series.
The Corvette which we are offering has great rarety value, being one of only 3 640 C1 cars produced in 1954. It is equipped with grilles over the headlights, a hardtop and an original radio. This attractive car is offered for sale in true “barn find condition” and needs a full restoration. Now painted yellow, the car originally had “Pennant Blue” bodywork. It was stored for very many years in a barn in America, before being imported into France in 2013. The condition of the body, chassis and interior are entirely consistent with this history and the car has acquired an inimitable patina. It is particularly suitable for restoration as the mechanics are simple and the plastic body does not suffer from corrosion. This beautiful car, so characteristic of the American spirit of the 1950's, offers a rare opportunity to acquire one of the great myths of automobile history. The vehicle will be sold with
American registration documents, customs importation certificate 846-A and a
FFVE certificate of origin. It will be up to you awake her from her long sleep and to share with her the joys of motoring in inimitable style.

CHEVROLET CORVETTE C1 CHEVROLET CORVETTE C1 CHEVROLET CORVETTE C1

18-03-2017 Bought In Aguttes

Véhicule 4x4 polyvalent
Très bon état général
Seulement 1213 exemplaires produits
Versatile 4X4 vehicle
Excellent general condition
Only 1,213 units produced
Carte grise française
Châssis:1124521
Moteur/Engine: Bicylindre à plat
Cylindrée/Cpacity: 602 cm³ - 29 ch
Le projet de développer une voiture populaire, utilitaire permettant de transporter 4 personnes, économique d'usage et d'entretien remonte à 1935. C'est de ce cahier des charges que naitra dès 1948 une auto fétiche produite à plus de 5 millions d'exemplaires: la Citroën 2CV.
Sur un appel d'offre de CFP Total, les ingénieurs du quai de Javel présenteront en 1961 une confidentielle 2CV Sahara à 4 roues motrices possédant 2 moteurs et deux boites de vitesses.
Il apparaitra évident d'aller plus loin encore dans la recherche de polyvalence de cette auto prête a tout et le Comte Roland de La Poype élabora une automobile robuste à carrosserie en ABS qui reprendra la mécanique éprouvée de la 2CV.
Connu sous l'appellation « Méhari », l'auto sera produite en Belgique de 1968 à 1987 à 144 953 exemplaires. En 1979 est présentée le modèle à 4 roues motrices qui trouva comme premier client l'armée française.
Si le moteur est identique au modèle de grande série, la boite de vitesses possède un réducteur afin d'autoriser des capacités de franchissement hors normes.
Fabriqué jusqu'en 1983 à 1213 unités, le « dromadaire » 4X4 de Citroën est une automobile à toutes épreuves.
Le modèle qui vous est proposé est un très rare exemplaire de Méhari à 4 roues motrices. Il date de 1982 et se présente avec un très faible kilométrage: 43 000 kms. Particularité du modèle, il possède un totalisateur d'usage en 4 roues motrices qui nous atteste 397 heures de bons et loyaux services, ce qui semble très peu au regard de l'âge de la voiture. Sa livrée vert Montana suggère un usage qui lui va à merveille: celui de voiture de chasse ou de loisir. La carrosserie refaite il y a plus de 10 ans se présente en très bon état. Les bâches anciennes ont encore belle allure, seul le siège conducteur d'origine montre quelques signes de fatigue. Le fonctionnement mécanique est agréable, les pièces d'usure de la boite et de la transmission ont été révisées.
Acheté il y a bientôt 30 ans à un cultivateur, l'actuel propriétaire, homme de génie qui consacra sa vie à la mise au point de mécaniques atypiques et aux transformations les plus complexes de Citroën de grande série, trouva en cette automobile la rare occasion de ne rien faire tant cette méhari est une réussite d'ingénieur.
Les capacités de franchissement exceptionnelles rendent ce véhicule parfaitement adapté à un usage de loisir, et son exclusivité lui vaut une place au sein d'une grande collection.
The project for developing a popular appeal, utility car that can carry 4 people while being cheap to use and maintain started in 1935. It's from this set of specifications that a favoured car came about starting in 1948 in a production run of 5 million models: the Citroën 2CV.
On a call for tenders from CFP Total, in 1961 the engineers at the Citroën factory presented a confidential 4-wheel drive 2CV Sahara with two transmissions.
It became quite clear that they wanted to go even further in the search for greater versatility in this utility vehicle, and it was Count Roland de La Poype who developed the robust ABS body that incorporated the proven engine from the 2CV.
Known by the name “Méhari”, the car was manufactured in Belgium from 1968 to 1987 where 144,953 units were produced. In 1979, a 4-wheel drive model was put out, a model whose first client was the French army.
While the engine is identical to the mass-produced model, the transmission has a reducer that gave it exceptional manoeuvring capabilities.
Manufactured in 1,213 units until 1983, the 4X4 “camel” from Citroën is a reliable vehicle.
The model we offer is a very rare example of the 4-wheel drive Méhari. It is from 1982 and has very low mileage: 43,00 km (26,700 miles). Particular to this model, it has a 4-wheel drive usage totalizer that shows 397 hours of solid, loyal service, which seems quite low considering the age of the car. Its Montana green paint job fits perfectly with what it can be assumed the car was used for: hunting and recreation. The body was restored 10 years ago and is in great shape. The old covers still have a nice finish to them, only the original driver's seat shows signs of wear. The mechanical functioning of the car is solid and the worn-out parts from the gearbox and transmission were overhauled.
Bought nearly 30 years ago by a farmer, the current owner is an intelligent man who spent his life working with unconventional engines and machines and the most complicated transformations to mass-produced Citroëns. In this car he found the rare opportunity where he didn't need to do much because this Méhari is an engineering marvel.
Its exceptional manoeuvring capabilities make this vehicle perfectly adapted to recreational use, and its exclusive quality make it worthy of a place in any collection.

CITROËN MÉHARI 4x4 CITROËN MÉHARI 4x4 CITROËN MÉHARI 4x4

18-03-2017 Bought In Aguttes

Voiture atypique
Moteur V4 Ford plus performant
Voiture bien documentée
Atypical car
More powerful V4 Ford enginer
Well documented car
Carte grise française
Châssis: 95763000068
Moteur/Engine: V4 Ford
Cylindrée/Capacity: 1 498 cc - 62 ch
L'aventure SAAB commence par la voie aéronautique en 1937 à Trollhättan en Suède et c'est en 1947 que la division automobile voit le jour, puis en 1949 que la première automobile sort des chaines de montage. La 92 est une voiture économique qui reprend le profil d'une aile d'avion pour son aérodynamisme. Animée par un petit moteur de 764 cc d'origine DKW, cette voiture d'ingénieur parvient à des performances respectables.
En 1959 est présentée le modèle 95 qui sera fabriqué pendant 19 ans. L'investissement de la firme dans le sport automobile et la facilité d'utilisation des voitures semblent la clef du succès commercial à venir.
La voiture qui vous est présentée a une histoire bien documentée. Vendue neuve en Angleterre à Oxford au Garage Belsyre à Monsieur Fentress et elle changea de main en 1979 et sera entretenue régulièrement par le garage
Balmer de Hants de la région de Southampton. Elle porte une jolie peinture à deux tons brun foncé/ivoire et conserve un intérieur d'origine en excellent état qui traduit un entretien scrupuleux pendant les 90 000 milles qu'elle a parcouru.
Son comportement routier est très sécurisant, le propriétaire actuel ayant fait le nécessaire pour garder ce « break de chasse » atypique et attachant utilisable au quotidien.
SAAB's journey began in the aeronautic sector in 1937 in Trollhättan, Sweden, and it was in 1947 that the automobile division was born. Then in 1949 the first car rolled off the assembly line. The 92 was an economical car that took its shape from an airplane wing for its aerodynamic qualities. Run by a small 764 cc, DKWbuilt engine, this engineer's car delivered respectable performance. 1959 saw the release of the 95 model, which was manufactured for the next 19 years. The company's investment in sport automobiles and the user-friendly cars appeared as the key to their future commercial success.
The car that we're offering has a well-documented history. Sold new in Oxford, England by Belsyre Garage to Mr. Fentress, it changed hands in 1979 and was serviced regularly by the Balmer de Hants garage near Southampton. It has a lovely two-tone dark brown/ivory paint job, its interior is original and in excellent condition, which attests to the meticulous maintenance performed over the 90,000 miles it has driven. It has stable, secure handling on the road, thanks to the current owner who has done what he's needed to keep this unique and endearing “shootingbrake” car usable every day.

SAAB 95 STATION WAGON SAAB 95 STATION WAGON SAAB 95 STATION WAGON

18-03-2017 Sold Aguttes

Sors de révision, Carnets, factures
L'un des plus beau coupé Ferrari 2+2
Sportive de prestige construite à 3300 exemplaires
Service paperwork, documentation, invoices
One of the most beautiful Ferrari 2+2 coupés
Prestigious sports car of which only 3,300 units built
Carte grise allemande
Le certificat de conformité européen partiel délivré par Ferrari est présent.
Châssis: 116779
Moteur/Engine: V12 48 soupapes
Cylindrée/Capacity: 5472 cc - 442 ch
Perpétuant la tradition des coupés Ferrari 2+2 pourvus d'un V12 placé à l'avant (330 GT, 365 GT, 400 et 412), le projet de la 456 est lancé en 1989 avant d'aboutir à sa commercialisation en 1992. Le designer Pininfarina a privilégié le raffinement et la discrétion à une surenchère sportive, tout juste suggérée par les deux doubles sorties d'échappement. Le travail accompli est remarquable et l'aérodynamisme soigné. Un aileron rétractable se déploie en fonction de la vitesse. Les flancs sont quant à eux creusés pour permettre un meilleur refroidissement du moteur. Grâce à ses lignes d'une grande pureté et fluidité, la 456 GT symbolise pour certains la plus belle Ferrari jamais produite et s'inscrit parmi les mythes de la marque.
Couronnée par une belle carrière commerciale, la 456 GT devient la 456 MGT (M pour Modificata) au Salon de Genève 1998. Esthétiquement, l'arrière de la 456 M ne change quasiment pas puisque la seule modification a lieu sur l'aileron qui devient fixe et s'intègre dans le bouclier arrière. L'avant a été retravaillé et les prises d'air agrandies pour obtenir un meilleur refroidissement du
V12. Un long travail en soufflerie a permis également une amélioration de l'aérodynamisme.
La 456 GT (les deux versions confondues) a été produite à 3300 exemplaires jusqu'en 2003 avant de céder la place à la 612 Scaglietti.
Notre 456 M GT date de mai 2001 et est équipée de l'excellente boîte manuelle à 6 rapports. Son premier propriétaire était italien et avait pris livraison du véhicule neuf chez Ferrari Toronto, au Canada, où il résidait. De retour en Italie en 2002, il fait rapatrier sa belle en Europe. Entretenue régulièrement en Italie jusqu'en 2008, cette 456 M GT change de mains et devient la propriété d'un
Allemand jusqu'en 2011. Son actuel propriétaire est également un collectionneur germanique qui l'utilisa comme ‘'voiture de tous les jours''. Crédité de 106 800 kilomètres au compteur, elle dispose de sa pochette en cuir avec ses carnets et factures d'entretien depuis 2009 en complément du livret d'entretien.
Il y a quelques mois, une révision générale a été effectuée chez un spécialiste de la marque qui a procédé au changement des courroies de distribution et au contrôle complet de la mécanique et des trains roulants. Il n'y a aucun frais à prévoir sur ce véhicule qui demeure l'un des plus recherchés des coupés
Ferrari 2+2.
Continuing the tradition of Ferrari 2+2 coupés equipped with a front-mounted V12 (330 GT, 365 GT, 400 and 412), the project to design the 456 was launched in 1989 before it resulted in its entry into the market in 1992. The Pininfarina designer gave special attention to the refined, discreet lines in an act of sporty one-upmanship, as seen in the two, twin tailpipes. The effort put into this car is remarkable and its aerodynamic lines were carefully designed. A retractable spoiler rises depending on the speed travelled. The sides are carved out to help cool the engine. With its fluid, understated lines, the 456 GT symbolises for some people the most beautiful
Ferrari ever made and it is certainly on the list of legendary Ferrari creations.
Capped by a wonderful commercial career, the 456 GT became the 456M GT (“M” for Modificata) and was shown at the 1998 Geneva Auto Show. Aesthetically, the back of the 456M hardly changed except for the only modification coming to the spoiler, which became fixed and was incorporated in the rear hood. The front was redesigned and the scoops were enlarged to allow for better cooling for its V12.
It spent a long time in the wind tunnel to improve its aerodynamics. 3,300 units of the 456 GT (the two versions together) were manufactured until 2003 before the 612 Scaglietti took its place.
Our 456M GT is dated from May 2001 and is equipped with an excellent 6-speed manual transmission. Its first owner was Italian and had the vehicle delivered new to Ferrari Toronto, in Canada, where he lived. When returning to Italy in 2002, he imported the car back into Europe. It was serviced regularly in Italy until 2008 when it changed hands and became the property of a German until 2011. The current owner is also a German collector who uses it as his “everyday car.” With 106,800 km (66,362 miles) on the odometer, it has its leather folder with its documentation and service invoices dating back to 2009 as well as its maintenance log. Several months ago, it was given a general servicing by a Ferrari specialist who changed the distribution belts and performed a complete inspection of the engine and the running gear. There are no fees to be paid on this vehicle and it remains one of the most sought after Ferrari 2+2 coupés.

FERRARI 456M GT FERRARI 456M GT FERRARI 456M GT

18-03-2017 Sold Aguttes

1955 - Salmson 2300 S
Numéro de série: 85235

Carte grise française
N° de châssis : : 85235
Motorisation : 4 cylindres en ligne
Cylindrée : 2 300 cm3 - 105 ch

Rare carrosserie Chapron, seulement 30 exemplaires dans le monde
Restauration de grande qualité
Eligible aux Mille Miglia, Monte-Carlo Historique, Tour Auto
Performante et Fiable

Salmson 2300 S Salmson 2300 S Salmson 2300 S

18-03-2017 Bought In Aguttes

Classiche Ferrari Réfection de haut niveau
Entretien soigné, faible kilométrage
Classiche Ferrari certification
High level restoration
Meticulous maintenance, sparingly used
Carte grise française de collection
Châssis: 04662
Moteur/Engine: V6 à 65°, 12 soupapes
Cylindrée/Capacity: 2 319 cc - 195 ch
Lorsqu'Enzo Ferrari crée 1947 à Maranello la marque de voiture la plus prestigieuse de l'Histoire, il était loin de se douter qu'il allait faire de son nom un mythe. Sa culture de la course automobile aux cotés des plus grands noms de l'entre deux guerre chez Alfa Romeo (Nardi, Ascari...) avait nourri la volonté d'Enzo de fabriquer une automobile légère et performante bien loin des critères raisonnables de l'industrie de l'époque.
Le bureau d'étude ne cessera de développer des moteurs de plus en plus affutés, qu'il posera sur des châssis issus de la course automobile, satisfaisant grâce à d'excellents carrossiers, en particulier Pininfarina, les clients les plus exigeants. Ce juste équilibre entre une contribution permanente et très active en course, et la commercialisation de voitures de grand tourisme pour l'élite aboutira inévitablement à la construction d'un véhicule plus facile à utiliser au quotidien, plus ludique. C'est ainsi que la Dino Ferrari verra le jour.
Reprenant le nom du fils d'Enzo décédé très jeune en 1956, le modèle ne portera pas le nom de Ferrari. En effet, Enzo avait contribué activement à la recherche et à la conception d'un moteur nouveau de 6 cylindres en V contraire aux règles classiques du Patron.
Dérivé de la Dino 206 de compétition, la Dino 246 au style plus compact que ses grandes soeurs à 12 cylindres vient chasser sur les terres de Porsche et d'Alpine. Le succès commercial est au rendez-vous pour cette voiture de sport puisque 3761 exemplaires furent produits entre 1969 et 1974.
Le dessin de la carrosserie fut confié à Pininfarina, avec comme cahier des charges de fabriquer un félin agile et équilibré. Le résultat est sans appel, la 246 semblent dessinée par le vent tant le caractère aérodynamique de l'automobile est manifeste. Afin d'assurer un excellent équilibre à ce bolide, le moteur sera placé en position centrale permettant ainsi de distiller la puissance de ses 195
CH avec fougue mais aussi avec sécurité. Et s'il est vrai que le bloc aluminium sera vite remplacé par un bloc en fonte plus fiable, cette voiture de course civilisée va se tailler une réputation sans équivoque dans l'histoire de l'automobile, marquant à jamais les esprits par le caractère fusionnel du modèle.
Livrée neuve en Italie en août 1972, cette Dino 246 GT est l'un des 828 exemplaires produits cette année-là et répond à la série E. Présentée dans sa très belle teinte d'origine Rosso Chiaro, le châssis #4662 affiche une allure superbe et un état de présentation irréprochable.
Importée en France par un marchand il y a quelques années, la voiture est vendue à un collectionneur parisien, amoureux de Ferrari depuis toujours, désirant remplacer sa 550 Maranello qu'il juge finalement trop puissante sur nos routes et difficilement utilisable dans le contexte automobile répressif actuel.
Affichant un peu moins de 12 200 km au compteur, la voiture a été intégralement restaurée en Italie et se présente dotée du précieux classeur rouge: Le
Classiche Ferrari.
L'auto sort uniquement lors des rassemblements de voitures de collection et d'excursions avec le Club Ferrari France. Utilisée avec soin, elle est entretenue régulièrement chez un des meilleurs spécialistes de la marque: Fiorano Racing, comme en atteste un important dossier de factures.
Fin 2015, elle change de main et rejoint la superbe collection d'un amateur éclairé et amoureux de voitures sportives. La voiture va recevoir un traitement tout particulier pour atteindre ses standards de qualité. L'auto est entièrement repeinte pour masquer les petits éclats de graviers. Le moteur est déposé puis entièrement contrôlé. Dans l'habitacle, les moquettes et les cuirs d'origine ont été retirés pour être nettoyés. Suite à une fuite de liquide de frein, le compartiment avant en fibre a été restauré.
Plus récemment, les freins et les trains roulants ont été refaits, les cardans et les silentblocs remplacés et la boite de vitesse contrôlée.
L'état mécanique de cette voiture sans compromis apparait excellent et son esthétique ne souffre pas la moindre critique. Laissant sa place à une Dino 246
GTS au sein de la collection, voici l'occasion de prendre la route au volant du châssis #4662.
Au-delà du plaisir de rouler dans une auto exceptionnelle, cette Dino est une occasion unique de s'offrir un jalon de l'histoire, tout en savourant les vocalises de cette diva aux courbes sculpturales.
When Enzo Ferrari created his own car manufacturing company in 1947 in Maranello, he can hardly have imagined that his marque would become the most prestigious of any in automobile history and that his own name would become legendary.
Rubbing shoulders in the Alfa Romeo team with the greatest motor racing champions of the period between the two World Wars (Nardi, Ascari, Nuvolari, etc) had aroused in Enzo the desire to build light cars with high-output engines which would far outclass the industrial standards of the day.
Ferrari's star engineers constantly developed engines with ever increasing power outputs and these were installed in chassis designs derived from racing cars. Close collaboration with the best design houses, particularly Pininfarina, enabled him to offer spectacularly beautiful cars which could satisfy the most demanding clients.
This cross-fertilisation between the production of racing cars and building GT cars for the elite continued to be beneficial but Ferrari felt the need to widen his market by offering less complex and expensive models appealing to a younger clientele.
Before his tragic death in 1956 at the age of 24, Enzo's son Dino had been working on the design and development of a new smaller capacity V6 engine, which was some way removed from the norms previously established by Il Commendatore.
In memory of his son, Ferrari named Dino all V6 engines produced by his firm and the first road model using a V6 engine was called Dino, but did not bear the name
Ferrari.
The Dino 206 GT, derived from the Dino 206 S competition version, was the first road-going mid-engined model approved by Ferrari. Much more compact than the 12 cylinder Ferraris, it was designed to compete with Porsche and Alpine and was presented in 1967. It was replaced in 1969 by the Dino 246 GT, with the engine enlarged from 2.0 to 2.4 litres, a longer wheelbase and steel instead of aluminium bodywork. The model was a commercial success and 3761 vehicles were produced between 1969 and 1974.
Pininfarina was instructed to produce a fluid and agile looking style and their inhouse designer, Aldo Brovarone, came up with a masterpiece, which gives the impression of being particularly aerodynamic. The physical balance of the car is excellent and endows it with outstanding roadholding, safe and predictable handling and good traction for the 195 bhp on tap. The exciting metallic sonority of the engine, showing it to be a detuned version of a racing engine, also contributed to the Dino's success, although the alloy block was soon replaced by a more reliable cast iron one. A car which was intended to provide a relatively low cost entry into the world of Ferrari, has a reputation which has eclipsed those of many of its 12-cylinder sisters and has a unique aura which has attracted a following which is almost without parallel in automobile history.
Delivered in Italy in August 1972, this Dino 246 GT is one of 828 cars manufactured that year and belongs to the E series. Chassis n°4662, still wearing her very beautiful original colour, Rosso Chiaro, looks simply superb and her state of presentation is irreproachable.
Imported into France by a Paris dealer a few years ago, the car was sold to an enthusiast with a long-standing love of Ferraris, who wanted to replace his 550
Maranello, which he found too powerful for today's road conditions and difficult to enjoy in the repressive climate imposed by public authorities. With only a little under 12 200 km on the odometer, the Dino underwent a total restoration in Italy and has the precious red folder Classiche Ferrari.
She has only been driven on classic car events and outings with the Club Ferrari
France. Carefully used, she has been regularly maintained by one of the best
Ferrari specialists in the Paris region, Fiorano Racing, as is witnessed by a thick file of invoices.
In late 2015, she changed ownership and became part of the superb collection of a connaisseur who loves sports cars. The car was brought up to his extremely exacting standards, receiving an all-over repaint to correct gravel chips on the front.
The engine was removed and subjected to a complete verification. The carpets and original leather upholstery were taken out and cleaned. The fibre lining of the front luggage compartment was renewed, as this fragile and expensive material had been damaged by a leak from the brake fluid reservoir.
The brakes, suspension and transmission have been entirely overhauled. The driveshaft constant velocity joints and all rubber mountings and couplings have been replaced and the gearbox has been checked.
The condition of all mechanical parts is therefore optimal and one cannot find even the tiniest criticism of the car's appearance. The desire of the present owner to swap this car for a Dino 246 GTS gives you a fabulous opportunity to take to the road at the wheel of chassis n°4662.
You will have much more than the mere pleasure of driving a very beautiful classic car: you will be experiencing at first-hand a major milestone in automobile histry and you will be certain to feel the same thrill every time that the three Weber carburettors enable you to fire up the engine of this fabulous machine.
This complete restoration has been carried out with scrupulous respect for the original specifications and using a large number of factory parts. The numerous stickers and the serial numbers on body parts are all present. As well as having a voluminous restoration file, this car comes with its sales brochure, original owner's handbook, full set of tools and jack.

DINO 246 GT DINO 246 GT DINO 246 GT

18-03-2017 Sold Aguttes