Wednesday, 26 April 2017 18:18

1960 Facel Vega Excellence

French title 

Chassis n° EX1 - B118 

Engine n° TY7 - 21242 

  • In the same enthusiast's hands since 1979 
  • Known history from new 
  • Magnificent original interior, with patina 
  • Original colour combination, original engine 
  • No reserve 

According to records of the very active Amicale Facel, this car was delivered new to Paris on 9 December 1960, to a M. Jean Widmer (CEO of Établissements Sauter-Harlé), and registered 962 KL 75. Following the death of the owner, the Facel Excellence passed into the hands of M. René Puissieux on 25 October 1971. As it kept the same registration, we must assume the car stayed in Paris. On 13 January 1975 the registration changed to 5282 TV 38, in Isère. Exactly one year later, we find the car in the hands of a young Facel and Ferrari enthusiast from Marseille, who sold it in 1979 to the current owner, a former Amicale Facel member with a passion for collectors' cars. The car has been well preserved, thanks to the small number of owners, and is still presented in the original combination of colours, with a superbly patinated interior. 

As it has been driven infrequently in recent years, the brakes were serviced in 2016 and the servo unit changed. As on all cars belonging to our collector, electronic ignition has been installed. We note that the electric window system needs work. Fitted with its original engine, this is a matching numbers car. Due to a typing error, the number shown on the registration document is BH8 instead of B118. 

In the hands of the same owner for the last 37 years, this Facel Excellence exudes the sense of luxury and opulence that made its reputation at a time when Facel was one of the top French marques. The Excellence stands out for its level of finish combining luxury and exclusivity. The V8 Chrysler engine, powerful and versatile, offers a high performance to match. In period, the car offered a modern and stylish alternative to other marques such as Bentley, Cadillac, Mercedes and Maserati.

Published in Auction results
Wednesday, 26 April 2017 18:24

1960 Facel Vega HK 500

French title 

Chassis n ° HK1 BQ6 

Engine No. TY7 11237 

  • Limited number of owners 
  • High quality rehabilitation, meticulously maintained 
  • Since 1985 in the hands of two enthusiasts of the brand 
  • Driven regularly, fine tuning 

Delivered new on 20 April 1960 to the Compagnie de Pont-à-Mousson, this car was used by its general manager, Roger Martin. On 30 September 1963, it was sold to Stéphane Terrat, an engineer in the Lorraine steel industry and repainted black. It was then used as a car for long journeys. In January 1968, when the owner retired, it was re-registered in the Var department. Following the death of Mr. Terrat in 1978, it was sold to an enthusiast of historic vehicles, a car dealership in Pontet, near Avignon and remained unregistered and static for about seven years. Offered at the end of 1985 at an auction in Reims, it was acquired by two enthusiasts of the brand, members of Amicale Facel, who carried out an extensive restoration before using it on a regular basis and maintaining it carefully since. Before it was back on the road in 1986 the car had been fully serviced at the ACP workshopin in Paris. It was then entrusted to the Tisserand workshop for a complete restoration totaling some 800 hours of labor (bodywork and mechanicals) to make it perfectly operational. It was at this time that the current ivory hue was chosen from the Facel color chart and that goes beautifully with the car's red leather upholstery with its beautiful patina. 

Since its restoration, it has covered about 40,000 km and has been the subject of meticulous maintenance by its owners and by Facel specialists such as Établissements Tisserand or Dexade, now known as Véga Passion. The car has benefited from numerous works to keep it in good condition, evidenced by the impressive invoice folder coming with the car. Powered by its original engine and an original gearbox, it is one of the most beautiful HK 500, whilst remaining a true enthusiast's bolide that has been carefully kept. Our test drive confirmed the very good working condition of the car.

Published in Auction results
Wednesday, 26 April 2017 18:53

Porsche 911 SC 1980

La 911 Super Carrera apparait en 1978, reprenant et continuant la lignée des 911 flat six. Son moteur de 2994 cm3 donnant 180cv est un gage de solidité. Le journal Flat Six titre "1ere des Porsche au long cours, capables de parcourir jusqu'à 500000 kms sans grosse panne". Si l'on n'a pas la puissance des 2,7 RS (maintenant intouchables) on a la solidité et la sobriété! La 911 SC va connaitre son heure de gloire avec la victoire au rallye de Monte Carlo, pilotée par J.P. NICOLAS, et engagée par les frères ALMERAS et non par l'usine!



L’exemplaire que nous vous proposons est une 911 3.0L SC de 1980. Elle se présente dans une seyante livrée grise associée à un intérieur noir. La voiture fut intégralement démontée en 2011 en vue d’une restauration et d’une importante préparation par le spécialiste Dayraut, en région toulousaine. A cette occasion, la caisse fut mise à nu, repeinte, et des éléments en polyester permettent d’alléger le tout. Un arceau et des sièges baquets ont été installé, la boite de vitesse a été intégralement revue, et le châssis a été préparé sans compter. Le montant de ces travaux s’élève à 52 000 Euros, facture à l’appui. La voiture est, de plus, munie de son carnet d’entretien. Cette 911 est prête à prendre par à toute compétition historique. Sa robustesse et la qualité de sa préparation en font une monture de premier choix. 



This is a 1980 Porsche 911 3.0 SC. It has grey paintwork associated with a black interior. The car was entirely restored and upgraded by marque specialist Dayraut, in Toulouse. The body was entirely disassembled and repainted. A roll cage and bucket seats were installed. The gearbox was entirely remade and the chassis was upgraded. No expense was spared, as proven by the 52 000 Euros bill. The car still retains its service manual. This 911 is ready to take part in any historical race. Its sturdiness and the quality of the work done make it a first choice.



Carte Grise française / French Registration

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 18:58

Ferrari Testarossa 1987

Comptant parmi les dernières productions d’Enzo Ferrari, la Testarossa est un véritable mythe du constructeur de Maranello. A sa sortie au salon de Paris 1984, elle crée l'événement de par ses lignes agressives et imposantes. Esthétiquement elle marquera le style Ferrari des années 1980 et 1990. Mécaniquement, son moteur 12 cylindres à plat (V à 180°) de 390cv, 4942cm3, 48 soupapes donnait 290 km/h en vitesse de pointe. Alliant une mécanique noble, une ligne à couper le souffle et une technicité de pilotage indéniable, elle est la synthèse parfaite de ce qu’une GT doit être. Après avoir connu une période difficile en termes de côte, la Ferrari Testarossa est revenue à des niveaux de prix plus normaux. Ses performances toujours actuelles en font une pièce de choix pour tout amateur de sensations.



Notre exemplaire est une Ferrari Testarossa de 1987. Il s’agit d’une des versions les plus désirables du modèle puisqu’elle est équipée des jantes à moyeux centraux. Elle se présente dans une livrée Rosso Corsa associée à un intérieur en cuir Connoly blanc et à moquettes noires, le tout en très bel état de conservation. Notre Ferrari a durant longtemps résidé en Suisse et a à ce titre bénéficié des normes draconiennes en vigueur de l’autre côté des Alpes. Son carnet d’entretien atteste d’une utilisation régulière et d’un suivi annuel rigoureux, et la voiture affiche aujourd’hui un peu plus de 55 000 kilomètres. Sa climatisation fonctionne parfaitement. Notre Testarossa est également équipée d’une ligne d’échappement en inox qui sublime les montées en régime du douze cylindres. Véritable icône des années 1980, notre Testarossa est présentée dans une configuration des plus désirables et à une estimation attractive. A vous d’en profiter !



This is a 1987 Ferrari Testarossa, one of the most desirable variant featuring the single hub wheels. It has Rosso Corsa paintwork associated with a white Connoly leather unpholstery and black carpets. The car is in very good overall condition. Our Ferrari has spent many years in Switzerland, where it benefitted from drastic standards. Its service book testifies that the car was used regularly and properly maintained each year. The car has now a bit over 55 000 original kilometres. Its air conditionning works fine. Our Testarossa is also fitted with a stainless steel exhaust, providing a fantastic sound. True icon of the 1980’s, our Ferrari has a very desirable setup and an attractive estimation. 





Carte grise Française / French Registration

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:03

Ferrari 330 Conv GTO 1964

La Ferrari 250 GTO est certainement la plus célèbre et le nec plus ultra des Ferrari : Une ligne merveilleuse et un palmarès sportif exceptionnel.
Conçue pour les courses de GT, elle nait sous l’égide d’Enzo Ferrari, de la collaboration de Mauro FORGHIERI pour la mécanique et Sergio SCAGLIETTI qui a dessiné l’admirable carrosserie à partir de la conception de BIZARRINI.
Etagement de la boite de vitesse, puissance et tenue de route lui permettant d’être la plus rapide des GT : de plus elle est facile de conduite permettant aux bons conducteurs des victoires. Un palmarès exceptionnel.
Champion du monde constructeur 1962, 1963, 1964
Victoire GT au Mans 1963, 1964
Tour de France 1963, 1964, etc.

Produite à 39 exemplaires, cette voiture mythique est devenue le placement le plus recherché, elle se négocie actuellement à 50 M d’Euros. Les propriétaires forment un club privé de haut niveau : Ralph Laurent, Nicolas Cage, des PDG de marques mondiales ou des gentlemen drivers comme Nick MASON (Pink Floyd) ou PAPALLARDO (avec lequel j’ai eu le plaisir de lutter portière contre portière à 200 km/h sur le circuit d’Imola, une chance et un souvenir inoubliable !) des vrais et purs amateurs.
Ferrari fit une évolution de la 250 GTO avec la 330 GTO, moteur 4 litres, 400 cv ; cette voiture fut construite à 2 exemplaires, une terminant 2° aux 1000 kms du Nurbürgring, et une autre au Mans et 1 exemplaire pour la route. La voiture que nous présentons a été construite dans les années 80 par Alain GARNIER (châssis, carrosserie) sur la base exactement d’une 330 avec moteur 4 litres et D3 Automobiles pour la mécanique, à l’image des 2 Ferrari 330 GTO originales.
Cette voiture, réplique fidèle des vraies 330 GTO (sauf de légères divergences, comme dans le tableau de bord, pour différer légèrement des GTO originales) pourra être une voiture utilisable sur route, comme l’a fait son propriétaire actuel, ou être utilisée en compétition historique avec un PTH. Nous avons donné une estimation plus que raisonnable, la réalisation actuelle d’une telle voiture se monterait à 1,2 / 1,5 M€. Une chance exceptionnelle, puisque son propriétaire, véritable gentleman driver nous a laissés toute latitude de vente.
Une ligne merveilleuse, un bruit mélodieux, de plus une voiture utilisée et patinée : le must des Ferrari.
Estimation : 700 000€ / 900 000€
Sans prix de réserve / No reserve



This car was built in the 1980’s by Alain GARNIER (frame and body) using a Ferrari 330 with a 4.0 Litres V12. D3 Automobiles made the mechanical work, and reproduced the original specifications of the 2 original 330 GTO.
This car is a very accurate replica of the original 330 GTO (except for the dashboard, in order to make a difference with a real one) and is a perfect Ferrari to use on the road, as its current owner did, or on any historical event. Our estimate is very reasonable, as building such a car today would cost more than a million Euros. This is an outstanding opportunity, as its current owner untrusted us to sell the car at any price.

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:09

Ferrari 250 GTE 1959

Première Ferrari 250 GTE, elle est présentée avant le départ des 24h du Mans en 1960. Utilisée par Enzo Ferrari, qui préférait se servir d’une 2+2 ; il la teste et l’équipe du formidable moteur Superamerica de 4L. En 1964 elle est vendue en France.

Accidentée en 1971, elle est remisée avant d’être restaurée à partir de 1998 durant des longues années. En 1999, elle est refaite mécaniquement par le renommé Jean Louis Prehoubert, V12 Automobile. Depuis dans une collection de Ferrari dans le Sud-Ouest, la voiture n’a que peu été utilisée, seulement 1500 kms.

Moteur Superamerica – 400 SA
V12 en V de 60°
Cylindrée : 3967, 44 cm3
3 carburateurs Weber double corps
Puissance : environ 340 cv à 7000 tours
Boite : 4 vitesses + overdrive + MA
Pont autobloquant : 30%
Vitesse : 280 kms/h environ

Une voiture au passé historique, avec un moteur exceptionnel, qui après des vicissitudes et diverses restaurations nous arrive dans un état proche du neuf.

Estimation : 800 000€ / 1 000 000€
Sans réserve / No reserve

• Historique
• Expertise de Christian Huet
• Courrier de A. Amadesi : archiviste de Ferrari à Maranello

1959 - Prototype chez Pininfarina
1960 - Présentation aux 24h du Mans comme voiture de direction- voiture personnelle d’Enzo Ferrari
1961/63 - Moteur Superamerica 400 SA Z, Enzo Ferrari désire une voiture plus puissante
1964 - Dezillie, 1° propriétaire en France, Paris
1964 - Maranello : Problème moteur
1971 - Jean CHUDZIK, nouveau propriétaire, Paris.
Accident de CHUDZIK
Achat de la voiture accidentée par M. BERSON
La voiture reste stockée
1998/2009- Restauration de la voiture par son nouveau propriétaire (changement de caisse)
M. X, même propriétaire depuis 1999





(Expertise Huet) :

HISTORIQUE DU VEHICULE

Jusqu’aux années 1970, chez FERRARI à Maranello en Italie, il était fréquent que les prototypes d’un modèle soient réalisés à partir d’une voiture ancienne et reçoivent plusieurs moteurs.
Dans les années 1950 et 1960 la situation financière de FERRARI était délicate et FERRARI vendait ses prototypes à des clients. Pour effectuer ces essais sur route les châssis et les moteurs étaient numérotés. Lorsque ces véhicules étaient revendus quelques années plus tard, ils avaient un moteur diffèrent et fréquemment les châssis et les moteurs étaient renumérotés pour qu’ils aient une concordance de numéro et surtout pour que la « carte grise » remise avec le véhicule mentionne une puissance fiscale correspondant à la véritable cylindrée du moteur. C’est effectivement le cas de la FERRARI 1287 GT.

Cette FERRARI était le prototype du nouveau modèle 2+2 places, qui devait prendre l’appellation
commerciale 250 GTE. Ce prototype avait une très bonne finition et avait son châssis et son moteur
numérotés 1287 GT lorsqu’il a été présenté pour la première fois en public avant le départ des 24H du Mans, le 25 Juin 1960. À ce moment, la cylindrée du moteur était bien de 3 litres
(2953cm3).

Cette Ferrari (1287GT) a reçu en 1963 un moteur de 4L qui a été numérotée 1287-8SA. Sa boîte
de vitesse portait le N°32 E, son pont le N°27E et son immatriculation était MO 54083 à Modena
en Italie. En 1964, la FERRARI 1287 GT a été vendue en France à M. DEZILLIE et immatriculé à
son nom à Paris le 23 Juillet sous le numéro d’immatriculation 8565 QJ 75.

En Octobre 1964, la FERRARI 250 GTE N°1287 GT de M. DEZILLIE a apparemment un problème
moteur puisqu’elle revient dans l’atelier de FERRARI à Modène. Le moteur est remplacé par un
autre moteur de 4L portant le numéro 3105 et qui provenait du prototype N° 3105GT du futur
modèle 330 GT 2+2.

Ce moteur portait donc le numéro 3105, correspondant au châssis et juste en dessous le numéro
66SA qui correspond à une numérotation interne de fabrication de l’Usine FERRARI. Le numéro 3105
a été effacé par limage de l’aluminium du bloc moteur et le numéro 1287 a été refrappé alors que le
numéro 66SA est resté en place.

Le 19 Juillet 1971, M. Jan CHUDZIK, demeurant 31 rue Raffet – 75016 PARIS, achète cette Ferrari
à M. DEZILLIE. Très vite, M. CHUDZIK a un accident très grave puisque c’est également en 1971
que M. BERSON achète le moteur, la boîte, le pont et la traverse avant de l’épave de sa Ferrari.

M. BERSON utilise le vilebrequin et la pompe à eau du moteur pour réparer celui d’une Ferrari d’un
de ses clients. M. BERSON a revendu les pièces mécaniques et la traverse avant de 1287 GT, à
M. Charles ROBERT, demeurant 41 Av. de la Belle Gabrielle – 94130 NOGENT SUR MARNE, qui
possède une Ferrari 400 SA (moteur de 4L) dont il était en train de refaire le moteur. M. ROBERT
permute les deux culasses du moteur 1287-66 SA avec celles de sa voiture qui étaient en moins
bon état.

M. ROBERT vend le lot de pièces de 1287 GT à M. Jean COWAY, collectionneur de FERRARI.

M. COWAY échange la boîte de vitesse n° 32 E contre une autre boîte type 330 GT à M. Pierre
BARDINON également collectionneur.

M. COWAY revend ce lot de pièces 1287 GT à M. ROBERT qui à son tour échange le moteur N° 1287
66 SA, la traverse avant n° 1287 GT, la boîte et le pont dont personne n’a noté le numéro, à M. BERSON contre le travail de réfection d’un moteur de BUGATTI.

M. BERSON, achète une FERRARI 250 GTE sans mécanique et à restaurer pour refaire la première 250 GTE avec ses particularités de carrosserie et avec son moteur et sa plaque de châssis d’origine.

EXAMEN DES PIECES ET DU VEHICULE

Que ce soit le moteur, la boite, le pont, le châssis, la plaque de châssis et la carrosserie du véhicule litigieux, il n’y a aucun doute sur l’authenticité de cet ensemble dont les numéros ont bien été frappée par FERRARI à Maranello en Italie. Le litige porte uniquement sur l’origine des pièces, qui proviennent effectivement de plusieurs véhicules FERRARI authentiques.

Nous avons retrouvé des photos du moteur et du véhicule prises avant que M. X ne les achètent. Le moteur n’a ni vilebrequin ni distribution et les soupapes de la culasse droite ont été dépossées. Le numéro frappé est bien 1287-66 SA.

Le véhicule est bien un modele 250 GTE avec ses elements de suspension, sa direction et ses roues. Les ouïes ont été visiblement réalisées ultérieurement sur les panneaux de custode. La peinture gris clair métalissé a été poncée sur les côtés des ailes où apparaît en rouge une peinture précedente à l’emplacement des anciennes grilles.

Nous avons demandé par écrit à M. BERSON s’il a repeint en rouge ce véhicule après avoir supprimé les grilles de aération mais il n’a pas répondu à cette question.

En examinant cette voiture lors de l’expertise contradictoire nous avons noté que le pont semblait bien être celui d’origine de ce véhicule et non celui du véhicule accidenté. Ce pont porte le numéro 234 E avec un rapport de 7 x 32 ce qui correspond au châssis N° 2855 qui est bien un modèle 250 GTE de 1961.

PLAQUE DE CHASSIS

La plaque de châssis qui provient de la traverse avant récupérée par M. BERSON sur la FERRARI accidentée est ressoudée sur le véhicule présent lors de l’expertise contradictoire. Elle porte la référence 1287 GT.

La frappe de ce numéro est bien authentique et correspond aux caracteristiques des chiffres et des lettres utilisés par FERRARI pour poinçonner les plaques de châssis et de moteur jusqu’au début de 1960 (Juin-Juillet environ). A partir de cette date la barre oblique du 2 et du 7 ne sont plus droites mais cintrées, la proportion du corps du 8 est differente et le G n’est plus anguleux mais arrondi.

De plus, à partir de la mi-1960, la réglementation internationale en vigueur impose que sur le châssis
soit frappé directement ou sur une plaque soudée, le nom du constructeur, le type, le numéro de châssis et une référence IGM. Par exemple, pour la FERRARI 2855 la plaque soudée était comme ceci :

FERRARI 250 GT/E *2855*
IGM 2126 OM

Le châssis original 1287 GT a été construit et numéroté le 2 Mai 1959. La plaque récupérée par M.
BERSON correspond au graphisme des chiffres et lettres et à la frappe utilisée par FERRARI en 1959.
Cette plaque est authentique et correspond à celles réalisées par FERRARI en 1959.


MOTEUR
Ce moteur correspond au type 163 Super America de 4L et son authenticité n’est pas douteuse. A
l’arrière droit du bloc moteur sur une surface rectangulaire usinée, est frappé le numéro 1287. Le
graphisme des chiffres correspond à ceux utilisés par FERRARI à partir de la seconde moitié de l’année 1960. Sous ce numéro on peut encore lire le numéro 3105 précédemment frappé et qui a été supprimé par limage. Juste en dessous dans le métal non usiné, est frappé la référence 66SA. La frappe de ce chiffre et de ces lettres est authentique et d’origine.

Ce moteur n°3105-66 SA provient du prototype de la Ferrari 330 GT 2+2 N°3105, fabriqué en 1962
et qui préfigurait le modèle devant remplacer le 250 GTE.

Le N° 1287 a donc été refrappé par FERRARI quand ce moteur a été installé dans le châssis n°1287
GT. C’est vraisemblablement lors de l’intervention de 1964 à Modena que ce moteur a été refrappée
et installé dans le châssis original 1287 GT.

Il est à noter que le moteur N°1287GT de 3L de 1959 et le moteur 1287 SA (précédemment numéroté 3097 SA) existent toujours et ont été vendus par FERRARI dans d’autres véhicules.

BOITE DE VITESSE
Le carter de la boîte porte le numéro 449-571 et la cloche d’embrayage le N°571-520291. Cette boîte provient d’une FERRARI 330 GT 2+2 de série. MONSIEUR VAIDA a fait remplacer la cloche d’embrayage par une autre portant le n°508E 55967 correspondant à celle d’un modèle 250 GTE.

Cette boîte n’est pas celle qu’il y avait sur la FERRARI 1287 GT au moment de son accident. Cette boîte a été permutée à l’époque ou M. COWAY était propriétaire de ces pièces.

CONCLUSIONS

Les pièces et la voiture vendues par M. BERSON à M. X sont authentiques et ont été fabriquées par FERRARI, mais proviennent d’origines diverses. Seule, la plaque de châssis 1287 GT provient du
prototype original du modèle 250 GTE de 1959 et le moteur n°1287-66 SA provient également de cette FERRARI mais dans sa configuration de 1964.

Fait à Paris le 23 Mars 2004.

Par Christian HUET

Prototype
Chassis N° 1287GT
Superamerica – 4L Engine
Enzo Ferrari’s personal car

This first Ferrari 250 GTE was introduced before the start of Le Mans 24 hours in 1960. Enzo Ferrari, who preferred using a 2+2, used it. He tested the car and had it equipped with the fantastic 4.0 Litres Superamerica engine. The car was then sold in France in 1964.

It suffered an accident in 1971. The car was then completely restored in 1998; many years of work were necessaries. In 1999, all the mechanical parts were completely remade by famous Jean Louis Prehoubert, V12 Automobile. This 250 GTE has then been part of an important collection of Ferraris, in South West France, and was barely used, only for about 1 500 kilometres.

Superamerica – 400 SA Engine
V12 60°
Displacement: 3967, 44 cm3
3 Weber two barrels carburettors
Power: about 340 bhp at 7000 rpms
Gearbox: 4 speeds + overdrive + Reverse
Limited slip differential: 30%
Speed: about 280 kms/h

This is a very historical car, fitted with an outstanding engine, and which, after several restorations comes to us almost just like new


• History
• Christian Huet’s expert assessment
• Mail from A. Amadesi, Ferrari Archivist in Maranello

1959 - Prototype at Pininfarina
1960 - Introduced during the 24 hours of Le Mans as a company car, Enzo Ferrari’s personal car.
1961/63 - Superamerica 400 SA Z engine, Enzo Ferrari whished a more powerful car
1964 - Dezillie, 1st owner in France, Paris
1964 - Maranello : engine failure
1971 - Jean CHUDZIK, new owner, Paris
CHUDZIK’s accident
M. BERSON acquires the wreck
The car remains stored
1998/2009- New owner, the car has been completely restored (body swapped). Same owner since 1999
 

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:15

Lancia Ardea 1949

Première Lancia équipée d’un moteur de faible cylindrée, la Lancia Ardea fut lancée en 1939. Elle est l’œuvre de Vittorio Jano, alors transfuge de chez Alfa Romeo. La nouvelle Lancia se voit équipée d’un moteur révolutionnaire pour l’époque, avec un moteur V4 avec une distribution à un seul arbre à cames commandant des soupapes en tête de culasses. Sa ligne est basée sur l’Aprilla, alors fleuron de la marque. Le résultat est donc une berline particulièrement élégante pour son temps et dotée de performances étonnantes. En 1948, l’Ardea devient la première voiture au monde à être équipée d’une boite de vitesses à cinq rapports. Véritable produit de l’innovation, elle est une voiture particulièrement intéressante, à la fois de par son charme, mais aussi par son aspect historique. 



L’exemplaire que nous vous proposons est une berline Ardea qui fut construite en 1949. Elle se présente dans une seyante livrée bleu foncé associée à un intérieur en tissus crème. La voiture vient de bénéficier d’une restauration de grande qualité et est en très bon état, tant au niveau de la carrosserie que de l’intérieur. Elle est dotée de la boite de vitesses manuelle à cinq rapports, innovation majeure permettant une utilisation bien en avance sur son temps. Mécaniquement, la voiture nous est indiquée comme étant en bon état de fonctionnement, fidèle à ses caractéristiques d’origine. Rares sur le marché, la Lancia Ardea a, malgré une histoire tourmentée en raison de la Seconde Guerre Mondiale, largement contribué à la modernisation de l’automobile. Cet exemplaire, dans cette configuration, est à coup sur une occasion à ne pas manquer !



This is a 1949 Lancia Ardea. It has elegant dark blue paintwork over cream cloth upholstery. The car just benefitted from an important restoration, the body and the interior are in very good condition. This particular car is fitted with the five speeds gearbox, which was a tremendous innovation at the time. The seller indicates that the car is in good working condition and matches all the original specifications. The Lancia Ardea is a rare car that largely contributed to the modernization of the Automobile. This car in such good condition is a great opportunity.



Titre de circulation belge / Belgian Registration

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:20

Fiat 130 Coupe 1972

Entre 1969 et 1977, le fleuron du constructeur Fiat est la 130. Sa ligne sobre et son moteur V6 en font une berline statutaire. La déclinaison coupé est présentée au Salon de Genève en 1971. Elle est dessinée par Paolo Martin pour Pininfarina. La 130 coupé est caractérisée par une ligne moderne, tournant le dos aux rondeurs. Son profil élancé est des plus élégants. Son moteur V6 est réalésé à 3 235 cm3, en faisant une vraie GT quatre places de haut standing. Seuls 4 491 exemplaires furent assemblés, en faisant une voiture particulièrement rare.



Notre exemplaire est une Fiat 130 coupé de 1972. Elle se présente dans une élégante livrée grise associée à un intérieur beige. Elle se présente dans un très bon état général, tant cosmétique que sur la route. Elle dispose de nombreux équipements, surprenants pour l’époque, tels que la boite de vitesses automatique, les vitres électriques et la climatisation. Elle est équipée de ses quatre jantes Cromodora conformes à l’origine. L’intérieur est en très bel état, les quatre sièges sont dignes des plus grandes GT, tout comme les boiseries en merisier. En mars 2015, la voiture a bénéficié d’un traitement Dinitrol intégral et le véhicule est totalement exempt de corrosion. Preuve de la qualité du véhicule, celui ci a été aperçu dans de nombreux essais de magasines, tels que Classic Car de décembre 1988 et Classic & Sports car de février 2013. Rares sont les exemplaires de Fiat 130 Coupe aussi bien préservés. 



Our car is a 1972 Fiat 130 Coupe. It has very elegant grey paintwork over a beige interior. The car is in very good condition, inside, outside and on the road. It features many astonishing equipment such as an automatic gearbox, electric windows and air conditioning. Our Fiat retains its original Cromodora wheels. The interior is in very good condition, the four seats are very welcoming and the cherry wood inserts are worthy of any high range GT. In March 2015, the car benefitted from a Dinitrol treatment, it is absolutely rust free. As a proof of the quality of our 130, it was featured in December 1988’s Classic Car and February 2013’s Classic & Sports car magazine. Finding such good Fiat 130 Coupe is a rare opportunity.



Titre de circulation belge / Belgian Registration

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:24

Alfa Romeo Giulietta Spider Veloce 1963

Présentée en 1955 au Salon de Paris, l’Alfa Romeo Giulietta Spider a marqué les esprits par sa ligne sensuelle. Véritable incarnation de la « Dolce Vita », ses courbes harmonieuses nous rappellent ses nombreuses apparitions sur le grand écran. Elle est équipée du fantastique moteur 1300 en aluminium coiffé par une culasse à deux arbres à cames en tête. En 1956, la version Veloce apparaît au catalogue. Cette déclinaison sportive reçoit deux carburateurs Weber DC03 permettant de faire passer la puissance de 65 à 80 chevaux. Dotée de réelles capacités dynamiques, la Giulietta Veloce offre un plaisir de conduite difficilement égalable. L’Alfa Romeo Giulietta Spider Veloce est aujourd’hui un must parmi les Alfa Roméo classiques.



L’exemplaire que nous vous proposons est une somptueuse Alfa Romeo Giulietta Spider Veloce de 1963. Elle se présente dans une livrée rouge associée à une sellerie noire et moquettes assorties. La voiture est dans un état absolument impeccable. Elle a bénéficié d’une restauration de très haute qualité. A ce titre, la carrosserie a été intégralement revue, la tôle a été mise à nu et la capote est neuve. L’intérieur est quant à lui en excellent état de présentation. Notre Alfa Romeo est équipée d’un moteur neuf respectant les spécifications d’origine ; le moteur d’origine de cette Giulietta est également fourni. Un important dossier de photos détaillant chaque étape de la rénovation sera remis à l’acheteur. Cet exemplaire allie à la perfection élégance et sportivité, il est prêt à prendre la route et à vous faire profiter du meilleur d’Alfa Romeo.



This is a magnificent 1963 Alfa Romeo Giulietta Spider Veloce. It has red paintwork over black upholstery and black carpets. The car is in near-concourse condition and benefitted from an outstanding restoration. The body was entirely remade to bare metal and the soft top is new. The interior is in excellent condition. Our Alfa Romeo has a brand new engine, and its original engine is also supplied with the car. An important dossier of pictures details all the different steps of the restoration and will be given to the buyer. This car combines elegance and performances. It is road ready; ready to make you enjoy the very best of Alfa Romeo.



Titre d’immatriculation belge / Belgian Registration

Published in Coming Sales
Wednesday, 26 April 2017 19:30

Jaguar Type E 4.2L 1969

Produite de 1961 à 1975, la Jaguar type E, reprend les lignes de la type D, et le schème du châssis. Dès sa sortie elle connait un succès immense et est adoptée par tous les grands de ce monde. Les performances qu’offrent son six cylindres, sa ligne d’une pureté rare et son prix attractif en font un des plus grands succès de l’automobile. D’abord propulsée par un six cylindres de 3.8L, la voiture est équipée d’un 4.2L à partir de 1964, offrant d’avantage de couple et de confort. 



L’exemplaire que nous vous présentons est une désirable Type E cabriolet de 1969, donc de la seconde série. Elle est motorisée par le fameux six cylindres double arbre de 4.2L de cylindrée, associé à une boite mécanique. Notre Type E se présente dans une seyante livrée jaune associée à un intérieur de couleur rouge typiquement dans le ton des années 1960. Elle a fait l’objet d’une restauration totale à partir du châssis et est dans un état excellent. Un important dossier de factures et de photos détaillant chaque étape de la restauration sera remis à l’acheteur. Le prix des Type E de première série s’étant littéralement envolé, les séries 2 sont une véritable alternative, conservant la même architecture que leurs devancières. Cet exemplaire est à conseiller sans limite. 



This is a desirable 1969 Jaguar E Type Series 2 roadster. It is fitted with the fantastic 4.2L DOHC six cylinders engine and a manual gearbox. Our E Type has lovely yellow paintwork over red interior, typical colours of the 1960’s. This car has been entirely restored, from the frame to the body and engine, and is in gorgeous condition. An important dossier of bills and pictures retracing all steps of the work done comes with the car. Prices of the Series 1 E types have risen so much that the Series 2 are a real opportunity. They offer the same pleasure and architecture, for half the price.





Carte grise Française / French Registration

Published in Coming Sales